Publié le 15 février 2024, modifié le 15 février 2024.
Par La Rédaction

Google et l’IA en France : entre innovation et questions de souveraineté numérique

Publié le 15 février 2024, modifié le 15 février 2024.
Par La Rédaction

Google s'engage à investir 25 millions d'euros pour stimuler les compétences en intelligence artificielle en Europe

L’annonce par Google d’un investissement de 25 millions d’euros dans les compétences en intelligence artificielle (IA) en Europe, avec un focus particulier sur la France, soulève des questions cruciales sur l’impact des géants technologiques américains sur la souveraineté numérique des pays. Bien que l’initiative semble prometteuse en offrant des opportunités de formation et de développement en IA, elle met également en lumière les risques potentiels d’une dépendance accrue aux plateformes et technologies contrôlées par les GAFA. Cette dépendance peut mener à une influence disproportionnée de ces entités sur les orientations politiques, économiques et sociales des pays hôtes, remettant en question leur autonomie dans la prise de décision stratégique concernant leur avenir numérique.

La concentration du savoir-faire et des moyens chez un petit nombre d’entreprises mondiales pourrait créer des obstacles pour les entités locales et ralentir l’innovation autonome, aggravant ainsi les disparités dans le milieu numérique.

Google ouvre un centre d’innovation

Google a dévoilé une initiative visant à élargir l’accès aux technologies émergentes sur le continent européen. Le géant de la technologie prévoit d’investir un ticket de 25 millions d’euros dans les compétences et la formation à l’intelligence artificielle (IA), avec une attention particulière portée aux communautés vulnérables et défavorisées.

Bruno Le Maire, responsable du Ministère de l’Économie, des Finances, ainsi que de la Souveraineté industrielle et numérique, avec Marina Ferrari, en charge du Numérique au niveau de l’État, vont présenter officiellement ce jeudi 15 février , un centre d’innovation Google axé sur l’intelligence artificielle, accessible à l’intégralité de la communauté IA en France au coté de Sundar Pichai, directeur général d’Alphabet et de Google. Ce centre de recherche ambitionne de réunir plus de 300 spécialistes, chercheurs et ingénieurs de Google, et servira de lieu de travail pour les équipes en charge de « Chrome » et « YouTube ». Le but visé est de stimuler le développement de solutions innovantes fondées sur l’IA sur le territoire français, de stimuler l’apparition de collaborations inédites dans le domaine académique et la recherche, et d’élever le niveau de compétence des professionnels français en matière d’outils IA.

Financement dédié à l’amélioration des compétences en IA

Le financement proviendra de Google.org, le bras caritatif de l’entreprise, et sera disponible dans toute la région. Une première enveloppe de 10 millions d’euros a été spécifiquement réservée pour améliorer les compétences en IA des travailleurs. La répartition des fonds sera effectuée en collaboration avec le Centre for Public Impact, une organisation à but non lucratif. Les organisations pourront postuler au nom des communautés pour recevoir une formation en IA fondamentale dans les “langues locales”. Ces fonds seront délivrés dans le cadre de la toute nouvelle Initiative d’Opportunité en IA pour l’Europe de Google. Cette initiative comprend également un soutien accru pour les start-ups et l’extension des sessions de formation en ligne gratuites actuelles à un plus grand nombre de langues.

L’IA : une opportunité pour tous

Dans un billet de blog, le président de Google EMEA, Matt Brittin, a déclaré que l’IA “doit être construite par et accessible à tous”, si elle doit apporter des avantages généraux. Il a ajouté que la société vise à “soutenir les personnes et les pays pour réussir à saisir l’opportunité” de cette technologie. Brittin a fait valoir que “l’Europe peut montrer la voie dans l’exploitation de l’IA pour créer une économie forte et équitable”, citant le potentiel de fournir des industries plus productives, un travail plus significatif et de nombreux nouveaux types d’emplois.

Lire aussi