Publié le 19 mai 2020.
Par Morgan Fromentin

Facebook demande à l’Europe de prendre les rênes de la régulation de la tech

Publié le 19 mai 2020.
Par Morgan Fromentin
Mark Zuckerberg

Mark ZuckerbergWikimedia Commons

Le paysage de la tech aujourd'hui est assez délicat. Le pouvoir des géants est bien en place et il inquiète. Certains appellent à de profonds changements, d'autres à lutter contre telle ou telle menace. Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, craint les modèles chinois.

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg – en photo ci-dessus – en appelle aux nations occidentales pour prendre les commandes de nouvelles régulations face aux géants de la technologie. Le fondateur du plus gros réseau social de la planète avance notamment qu’un modèle basé sur des valeurs démocratiques est aujourd’hui tout à fait nécessaire pour contrer un schéma bien plus oppressif qui émerge depuis la Chine.

Mark Zuckerg réclame un cadre de régulation clair pour les géants de la tech

Durant un débat avec Thierry Breton, commissaire européen chargé notamment du marché intérieur, Mark Zuckerberg déclarait qu’il est aujourd’hui “de plus en plus clair” que les sociétés privées comme Facebook ne devraient pas être laissées seules décideuses du contenu qui est autorisé sur Internet et que “il doit y avoir davantage de gouvernance indépendance autour de tout ceci”. Et l’homme de faire part de ses inquiétudes quant au fait que certains pays pourraient être tentés d’adopter un modèle “vraiment dangereux” qui a fait ses premières armes en Chine. Un modèle qui donne au gouvernement davantage de contrôle sur les données et moins de respect des droits de l’homme.

Selon le fondateur de Facebook, le “meilleur antidote” serait un “cadre de régulation très clair” de la part des pays démocratiques occidentaux dont il serait possible de prouver l’efficacité pour le proposer ensuite comme standard mondial alternatif. “Je ne pense pas que la question ne se pose pas de savoir s’il doit y avoir une régulation. Je pense que la question est plutôt de savoir quelle régulation parviendra à s’imposer dans le monde.” Il y a quelque temps, Facebook avait déjà demandé conseil aux régulateurs pour aider à répondre à certaines problématiques quant à la portabilité des données.

et craint l’émergence du modèle oppressif chinois

Thierry Breton, de son côté, enjoint Mark Zuckerberg à ne pas attendre la mise en place d’un tel cadre pour agir. Les entreprises de la tech peuvent déjà tout à fait utiliser leur connaissance des valeurs de l’Europe pour “comprendre comment il convient d’agir”. Et d’ajouter qu’il faudra plusieurs années avant qu’un tel cadre ne soit mis en place. “D’ici là, je pense qu’il est extrêmement important d’anticiper ce qui pourrait créer une très mauvaise réaction et qui nous obligerait à réguler.”

Lire aussi