Publié le 7 avril 2021.
Par La Rédaction

406 Day, les balises SAR sauvent 7 vies chaque jour dans le monde

Publié le 7 avril 2021.
Par La Rédaction

Cospas-Sarsat est un système satellitaire international pour alerte de détresse en recherche et sauvetage (SAR) établie en 1979 par le Canada, la France, les États-Unis et l'ex-URSS.

Les fréquences sauvent des vies avec les satellites qui reçoivent une alerte de détresse et des informations de localisation de faible puissance. Ces satellites émettent ensuite les informations de localisation aux récepteurs de stations terriennes où les informations signalent aux autorités de sauvetage appropriées pour une sécurité publique incroyable partout dans le monde.

Le service de recherche et de sauvetage (SAR) de Galileo permet de réduire le temps nécessaire pour repérer un individu perdu en mer ou dans la montagne, passant de 3 heures à 10 minutes une fois la balise de détresse activée, ce qui facilitera les opérations de sauvetage et permettra de sauver des vies. Galileo se trouve également au cœur de l’initiative eCall mise en place par l’UE : depuis mars 2018 tous les nouveaux modèles de voitures ou de véhicules utilitaires légers vendus dans l’UE doivent être équipés de dispositifs eCall qui alertent automatiquement les services de secours en cas d’accident.

406 Day fait référence à la fréquence 406 MHz des balises de recherche et de sauvetage utilisées par l’organisation internationale de sauvetage Cospas-Sarsat. Ces balises aident à sauver en moyenne sept vies chaque jour dans le monde. Le service Galileo SAR est la contribution de l’Europe à Cospas-Sarsat et, à partir de janvier 2020, Galileo fournit également au système une caractéristique unique dans le monde, son service de liaison de retour. La liaison de retour fournit à la balise de détresse émettrice un accusé de réception que le signal de détresse a été reçu, que sa position a été déterminée et que les équipes de secours sont alertées. Il s’agit d’un stimulant majeur pour les personnes qui demandent de l’aide et, jusqu’à présent, Galileo est le seul GNSS (système de positionnement par satellites) à offrir un tel service aux utilisateurs finaux.

Depuis sa création, le programme Cospas-Sarsat a progressé continuellement au niveau technique mais aussi en termes des pays participants. L’organisation internationale à but non lucratif fondée sur un traité est actuellement composée de 45 pays. Les signaux relayés par les satellites (24) Galileo sont reçus par les trois MEOLUT européens (Medium Orbit Local User Terminal), qui assurent la fourniture du service de liaison directe sur la couverture d’une superficie de 40 millions de kilomètres carrés appelée la “Zone de couverture SAR / Galileo européenne”. Ceci comprend au minimum toutes les zones SAR (Arctic Ocean, Saudi Arabia, Atlantic Ocean, Baffin Bay) sous la responsabilité des Territoires européens.

Smartphone

La plupart des smartphones achetés en Europe sont compatibles avec Galileo. Les informations de positionnement sont plus précises et plus fiables, notamment dans les environnements urbains où les rues étroites et les hauts bâtiments bloquent souvent les signaux satellites et limitent de ce fait l’utilité des services mobiles.

Si vous voulez embarquer un accès à Cospas-Sarsat, il vous faudra une balise comme l’ACR-Resqlink qui prétend être le plus petit de sa catégorie ! Par contre, le Bivystick est un dispositif portatif qui permet à son utilisateur de transformer son téléphone portable en un téléphone satellite. Il peut également envoyer des messages SOS aux services d’urgence, recevoir des bulletins météo et partager l’emplacement de l’utilisateur avec les personnes de son choix.

Il existe aussi des montres qui sont dotées d’une authentique balise de détresse bi-fréquence comme la Breitling Emergency.

Lire aussi