Business

Web Summit, les fintech posent la question, l’argent est-il mort ?

Par le

Alors que le Web Summit entame sa dernière journée, un panel sur les fintech a posé la question : l’argent est-il mort ? Certains des meilleurs (et des plus gentils) 3 PDG de la fintech discute dans le center stage, Zach Perret de Plaid, Nik Storonsky de Revolut et Anne Boden de Starling Bank qui ont dit en cœur : “Les anciennes banques vont copier tout ce que nous faisons sauf qu’elles le feront deux ans plus tard”. Mais est-ce vraiment le cas ? L’un des raisons annoncé du succès, c’est que les start-ups de la fintech peuvent évoluer rapidement. C’est une industrie qui a très peu de coûts. Vous n’avez pas besoin de centaines et de milliers de personnes, juste des bon développeurs qui construisent du logiciel et du capital. C’est un modèle durable !

“Le Royaume-Uni est le meilleur pays pour la Fintech”, a déclaré Nikolay Storonsky (Revolut). En termes de régulation il est le plus avancé, ont convenu les trois orateur ! les régulateurs ont deux priorités : la réduction des risques mais aussi la concurrence.

Anne Boden, présidente de Starling Bank, explique: “J’ai réalisé que l’ancien système était vieux, je me battais pour tout garder ensemble et le moyen le plus simple de donner ce que les clients veulent est de créer une nouvelle banque.” «Toutes les banques vont copier tout ce que nous faisons dans les années à venir et le fait est qu’elles le copieront par-dessus leur structure et le feront à un coût plus élevé. Ils devront se concentrer sur certaines lignes »

Les 3 CEO ont changé le paysage de l’usage bancaire sur mobile ! Revolut, lancée en juillet 2015 par Nik Storonsky et Vlad Yatsenko, est une alternative numérique aux grandes banques. Revolut se prépare à émettre des cartes de crédit en décembre de cette année, il vienne de signer des partenariat avec Visa et Mastercard.

Le CEO de Revolut rappelé “Ils ne peuvent toujours pas nous qualifier de véritable banque numérique, car pour le moment, nous n’avons qu’un seul partenaire financier. Nous ne prêtons pas d’argent” Revolut compte actuellement neuf millions de clients entre le Royaume-Uni et la zone euro. Ils ont fait leurs débuts sur le marché asiatique il y a environ deux semaines à Singapour et a annoncé ce mois-ci qu’il entrerait aux États-Unis via un partenariat avec Mastercard. D’ici 2020, l’objectif est d’atteindre «20 à 25 millions de clients» et de «se lancer sur d’autres marchés», a-t-il déclaré.

Les startups autour de la fintech sont hyper présentent dans les halls du Web Summit sur diverses problématiques. La taille du marché mondial des technologies financières devrait atteindre 124,3 milliards de dollars d’ ici fin 2025, avec un taux de croissance annuel composé (CAGR) de 23,84%. Une majorité importante de banques, d’assureurs et de gestionnaires de placements du monde entier envisagent de s’associer à des entreprises de technologie financière au cours des 3 à 5 prochaines années. Les startups réduisent les charges/réglementations injustes et proposent plus rapidement aux consommateurs des services abordables, tels que les prêts personnels, par exemple.

Phénomène : la startup Flux

Présente sur le Web Summit, Flux se situe entre les banques, les fournisseurs de paiement et les détaillants, utilisant son algorithme de correspondance pour associer des produits individuels achetés à des transactions dans votre application de banque mobile. Le résultat est un reçu numérique par article, valide pour les déclarations et dont certains sont valables pour les calculs de TVA.

Flux travaille actuellement avec les comptes bancaires Monzo, Starling et Barclays, et déclare signer actuellement près de 900 clients par jour. Trois mois à peine après avoir émis son 500 000e reçu numérique, Flux a annoncé aujourd’hui avoir dépassé les 800 000 et atteindre 1 million avant la fin de l’année.