Plateforme

Uber, le modèle qui dénonce notre incompétence !

Par le

Uber a déposé jeudi son offre pour son introduction en bourse qui est très attendue, offrant au grand public un premier aperçu de sa croissance explosive et de ses pertes. Uber souhaite être l’Amazon du transport et espère que dans 10 ans, personne dans les villes ne possédera une voiture 🙂 La marque a été souvent controversée pour avoir perturbé l’industrie des taxis dans plus de 60 pays (6 continents), ce qui est incroyable, c’est que quasiment personne n’a fait aussi bien y compris Lyft ! En tout cas à Paris ou l’idée d’Uber est née, la plupart des acteurs sont encore à se demander ce qu’il faut faire en 2019 🙂 Dingue ! La “Startup” a résolument compris que les gens prennent des décisions selon qu’ils vont au travail, s’amusent ou font des courses ! Les raisons pour lesquelles les gens se déplacent sont donc en quelque sorte le principal facteur déclencheur du business de la marque. Ensuite, ils ont réfléchi à la forme la plus efficace ou la plus optimale pour vous rendre à cet endroit particulier. Ils ont ouvert la voie à de nombreuses start-ups sur le transport !

[Le marché mondial de la mobilité partagée devrait atteindre environ 138,7 milliards de dollars d’ ici 2023, avec un TCAC de 15,2% de 2018 à 2023.]

Alors pourquoi Uber, est le modèle qui dénonce notre incompétence dans le monde des applications ! Le succès d’Uber est en grande partie dû à sa capacité à attaquer une industrie trop réglementée et à la démocratiser à l’aide d’une plateforme technologique hors-norme. Celle-ci n’a cessé de tirer parti de la technologie et de celle du smartphone, de l’app, de la localisation et du paiement ! C’est quand même l’app ou quand vous sortez de l’aéroport ou dans une ville quasiment partout dans le monde, qui vous permet de choisir votre transport, de commander, de payer en quelques secondes  ! Pourquoi en 10 ans personne n’a réussi à exécuter aussi bien le service ? Le bon timing ? L’ingénierie (algorithme) ? Les stratégies ? La culture ? Le talent ? L’audace ? En fait pour comprendre comment la société conquiert le monde, vous devez cesser de penser aux voitures 🙂

La stratégie d’Uber consistant à conquérir une ville à la fois s’est également révélée brillante. À lire comment il sont arrivé à Londres !

Le secteur (Taxi) actuel est lent, ne change pas et s’attend à ce qu’Uber s’en aille et les laisse à nouveau dans leur monopole. D’ailleurs face à Uber, nous ne sommes que dans l’affrontement ! L’entreprise continue de faire face à l’opposition de chauffeurs privés et de régulateurs dans plusieurs pays : Des poursuites judiciaires au Royaume-Uni et aux États-Unis pour classification des conducteurs en tant que sous-traitants indépendants plutôt qu’en tant que travailleurs. Une série de scandales ont visé Uber en 2017, notamment des plaintes pour harcèlement sexuel formulées par des employées, des violations de données, l’utilisation de logiciels illicites pour contrecarrer les autorités gouvernementales et la démission forcée de son directeur général, Travis Kalanick.

Uber reste pourtant une application incontournable !

Il opère maintenant dans plus de 63 pays et 700 villes du monde. Uber effectue plus de 15 millions de voyages par jour avec une plateforme incroyable. Ils ont mis au point des technologies exclusives de marché, de routage et de paiement. Leurs technologies comprennent un moteur de décision algorithmique en temps réel qui correspond à l’offre et à la demande pour leurs offres de mobilité personnelle, Uber Eats et Uber Freight.

– Prévision de la demande : Le moteur de prédiction de la demande exclusif utilise des données pour prédire quand et où le pic de commandes de repas et de repas se produira, leur permettant de gérer efficacement l’offre et la demande dans une ville.
– Correspondance et envoi : Les algorithmes exclusifs pour matcher et la répartition génèrent plus de 30 millions de prévisions de matching par minute.
– Prix : La technologie établit les prix des produits en temps réel au niveau local. Dans les zones et les périodes de forte demande, ils arrivent à déployer une tarification dynamique afin de rétablir l’équilibre entre l’offre des conducteurs et la demande des consommateurs. La tarification dynamique aide à équilibrer la demande pendant les périodes les plus occupées, de sorte qu’un trajet fiable soit toujours à portée de main.
– Technologies de routage : Les algorithmes de routage construisent un système soigneusement optimisé capable de traiter des centaines de milliers de requêtes ETA par seconde.
– Technologies de paiement : il y a une infrastructure de paiement robuste qui inclut des options de paiement flexibles, sécurisées et fiables.
– Intelligence artificielle et machine learning : Cette plate-forme logicielle alimente des centaines de modèles derrière leurs services basés sur les données de leurs offres, ainsi que dans les domaines du service client et de la sécurité.

Soyons conscient que Uber a été lancé pendant une crise financière sans précédent en 2009, s’est inventé sur un marché alors inexistant et en une décennie a changé le mode de fonctionnement des villes à travers le monde

Uber Eats & Uber Fret

Sur ces deux marchés, l’expertise, l’analyse et l’exécution fait à ce jour la différence !

Quand vous lisez le rapport vous apprenez deux choses sur Eats :
Uber Eats qui a un peu plus de trois ans, elle est devenu la plus grande plate-forme de distribution de repas au monde en dehors de la Chine, basée sur les réservations brutes. Que leur taille leur permet d’avoir un délai de livraison moyen pour Uber Eats pour être plus rapide que le délai de livraison moyen de leurs concurrents. En 2018, le délai de livraison moyen était d’environ 30 minutes.
– Sur les 91 millions de MAPC présents sur leur plate-forme, plus de 15 millions ont reçu un repas utilisant Uber Eats en 2018, exploitant ainsi le réseau de plus de 220 000 restaurants dans plus de 500 villes du monde !

Le secteur du fret US est aujourd’hui extrêmement fragmenté et profondément inefficace. Les expéditeurs peuvent avoir besoin de plusieurs heures, voire de plusieurs jours, pour trouver un camion et un chauffeur pour les envois, la plupart du processus se faisant par téléphone ou par fax. Depuis le lancement public d’Uber Freight aux États-Unis en mai 2017, ils ont passé des contrats avec plus de 36 000 transporteurs qui comptent au total plus de 400 000 chauffeurs et ont servi plus de 1 000 expéditeurs. En mars 2019, ils ont annoncé l’expansion de notre offre Uber Freight en Europe

Jump, Uber Bus

Répliquer le modèle : dans les villes où il exerce déjà leurs activités, il peuvent lancer plus efficacement d’autres produits et offres, tels que Bus (1 seule Ville, Le Caire), les vélos et les scooters électriques (2018), en tirant parti de notre réseau existant de Pilotes et consommateurs et de leurs réseaux régionaux sur le terrain. Les nouveaux produits ont des prix inférieurs, ce qui va augmenter et continuera d’augmenter l’utilisation de leur plate-forme par les consommateurs.

Bourse

Selon le dossier, Uber comptait 91 millions d’utilisateurs actifs mensuels à la fin de l’année dernière. Les réservations brutes pour les trajets en covoiturage et les livraisons de repas Uber Eats se sont chiffrées à 49,8 milliards de dollars en 2018, contre 34,4 milliards en 2017 et 19,2 milliards l’année précédente. Après avoir payé près de 40 milliards de dollars aux chauffeurs et aux restaurants, la réduction réelle de l’entreprise est bien moindre que cela, avec un revenu net s’élevant à 11,3 milliards de dollars en 2018. Total des coûts et dépenses, y compris les coûts directs de revenu ainsi que les frais d’exploitation, de vente et de marketing les coûts, les dépenses de R & D et les frais généraux et administratifs se sont élevés à 14,3 milliards de dollars, laissant à la compagnie une perte d’exploitation de 3 milliards de dollars en 2018.

Parlant de pertes, le leader du marché de l’espace de covoiturage a accumulé des pertes d’exploitation de plus de 12 milliards de dollars depuis 2014, ce qui en fait le roi des licornes technologiques déficitaires. Même Amazon, tristement célèbre pour avoir perdu de l’argent dans ses premières années, n’a jamais accumulé de pertes à un taux aussi proche que celui d’Uber. Et pourtant, la société basée à San Francisco devrait rechercher une valorisation de plus de 100 milliards de dollars lors de son prochain PAPE. Lyft, le principal concurrent d’Uber aux États-Unis, également confronté à des pertes importantes, a été annoncé à une valeur de 24 milliards de dollars à la fin du mois de mars. Ses actions se négocient actuellement de 15% en dessous du prix de l’introduction en bourse, ce qui laisse beaucoup de gens se demander si la même chose va arriver à Uber.

Selon le NY, La vente d’actions sera peut-être la plus importante depuis que le groupe chinois Alibaba Group a commencé à entré en Bourse a New York en 2014, et la valeur d’Uber serait quatre fois supérieure à celle de la société d’United Airlines et deux fois supérieure à celle de FedEx.

À savoir

– Une évaluation de 120 milliards de dollars donnerait une valeur plus de trois fois supérieure à celle de son rival, Ford, et à plus de deux fois celle de la société de voitures électriques Tesla, dont le potentiel de croissance est énorme
– Les Saoudiens, dirigés par le prince héritier Mohammed bin Salman, détiennent environ 14% du capital d’Uber par le biais d’investissements directs et via les avoirs du fonds souverain dans la Softbank au Japon, qui est le principal actionnaire d’Uber. Le fonds d’investissement public souverain d’Arabie saoudite détient une participation directe d’ environ 5% dans Uber , après avoir augmenté sa participation en 2016 grâce à un investissement de 3,5 milliards de dollars.
– Certains analystes pensent qu’Uber aggravent en réalité le problème de la congestion urbaine. Son marché n’est pas aussi rentable sur le plan économique que les taxis. Le covoiturage a diminué parmi les utilisateurs les plus lourds.
– Elle exploite Uber Eats et le service d’expédition Uber Freight.
– Trois tendances qui vont modifier les transports : les véhicules autonomes, les services à la demande et l’électrification du parc.