Publié le 26 août 2011, modifié le 23 octobre 2014.
Par La Rédaction

SMS +, MPME, Check(this)out !

Publié le 26 août 2011, modifié le 23 octobre 2014.
Par La Rédaction

Tribune de Renaud Ménérat Président de userADgents

Vodafone annonçait il y a quelques jours être « le premier opérateur mobile en Europe » à offrir la possibilité de facturer des applications Android via l’opérateur. Il fallait en fait lire « Vodafone est le premier opérateur partenaire de paiement de Google et de son Android Market en Europe».

En fait rien de bien neuf sous le soleil de fin Août.

D’abord parce que Android n’est pas le premier store d’applications à proposer une solution de paiement basée sur l’opérateur mobile. Que ce soit via du SMS Premium ou du WAP billing, l’OVI store (paix à son âme !) a utilisé la facturation opérateur dès 2008. Idem pour Sony Ericsson avec Play encore Samsung Apps qui utilisent déjà le paiement opérateur.

Ensuite parce que dans un mode ouvert comme Android, où la distribution des applications est laissée à la liberté des éditeurs, ceux-ci ont d’ores & déjà la possibilité de choisir le mode de diffusion et de facturation des consommateurs. Devant les faibles bénéfices de la présence sur l’Android Market, l’efficacité relative de Checkout & la multiplication des stores indépendants, les éditeurs d’applications payantes sont de plus en plus tentés, notamment sur les solutions in-app, de déployer des solutions de paiement indépendantes de l’OS ou du marchand d’applications.

En France le paiement d’applications via SMS+ ou MPME, deux solutions multi-opérateurs offre déjà des possibilités intéressantes aux développeurs d’applications.

Le SMS+ est particulièrement adapté dans une optique de paiement de l’application au téléchargement. Mécanique parfaitement adoptée & comprise par le consommateur depuis Loft Story saison 1, cette solution de paiement, si elle a souffert de son image liée aux sonneries surtaxées, n’en reste pas moins d’une efficacité & d’une simplicité redoutable en permettant de gérer distribution & facturation d’une application en un SMS. Universel (100% des consommateurs Android accessibles), simple, offrant une facturation pouvant aller jusqu’à 4,50€ (couvrant donc 85% de l’offre applicative payante actuelle) et un taux de reversement proche des 70%, le SMS+ peut donc satisfaire la majorité des éditeurs pour qui ces 4 critères sont fondamentaux dans le choix des solutions de paiement proposées.

MPME, solution de paiement online des opérateurs mobiles, est quant à elle à privilégier sur de l’in-app purchase. Disponible via une connexion 3G ou WiFi, cette solution est disponible pour du paiement à l’acte (jusqu’à 8€) et sur abonnement (jusqu’à 10€ par mois). Cette solution permet de rediriger l’utilisateur vers une page de paiement opérateur tout en restant au sein de l’application pour offrir un parcours de paiement fluide. En 3G, l’authentification automatique offre un paiement one-click que même Apple pourrait envier ! En WiFi l’authentification de l’utilisateur est un peu plus complexe (log/pass ou code envoyé via SMS), mais reste également tout à fait acceptable, notamment en comparaison de Google Checkout ou de Paypal. Le taux de reversement à hauteur de 70% est également en ligne avec les standards de l’industrie.

L’application de l’AFMM (Association Française du Multimédia Mobile), disponible sur Android Market utilise ainsi cette solution pour le paiement des études de marché afin d’en faire la démonstration.

Le modèle ouvert d’Android offre donc une opportunité aux opérateurs de conserver leur place dans le micro-paiement mobile, place que le système d’Apple leur avait quelque peu fermé. Un enjeu qui reste néanmoins marginal à l’heure où la place des opérateurs sur la NFC & donc sur le macro-paiement est challengée. Par des sociétés comme … Google.

Lire aussi
Business

iOS , la plate-forme Privacy First

Quelle que soit la plate-forme, la confidentialité doit permettre de mieux contrôler et gérer l’accès à ses données. Apple, depuis quelques...