Business

Six utilisateurs de smartphones sur dix ont désormais l’usage des appels sur les messageries

Par le

Le smartphone

Le baromètre numérique qui existe depuis 2000 permet de mesurer l’adoption par les Français des équipements et étudier les pratiques numériques. (réalisé en juin 2019 auprès de 2259 personnes représentatives de la population des 12 ans et plus selon la méthode des quotas.) Voici les principaux résultats de l’édition 2019 :

En 2019, la quasi-totalité de la population française âgée de douze ans et plus (95%) dispose d’un téléphone mobile. ils sont plus de huit sur dix à en disposer. Si les jeunes générations en sont pratiquement toutes équipées, sa diffusion progresse encore chez les plus de 40 ans. En outre, lorsque le smartphone est adopté, il devient un outil indispensable : 94% des équipés l’utilisent quotidiennement

Le smartphone est également incontournable pour accéder à internet. Il est l’équipement le plus utilisé par une majorité de Français (51%) pour se connecter (+5 points en un an),et se situe désormais loin devant l’ordinateur, avec 20 points d’écart. Les réseaux mobiles sont ainsi très utilisés en mobilité mais également à domicile où la connexion depuis les réseaux mobiles ne cesse de progresser : 57% des Français passent par les réseaux mobiles au sein de leur foyer.

De fait, à domicile, quel que soit le terminal utilisé, réseaux fixe et mobile tendent tous deux à être sollicités. L’amélioration progressive de la qualité de service mobile et l’augmentation du volume de données offert par les forfaits mobiles peuvent expliquer cette tendance. Parmi les détenteurs de smartphone, une forte progression des applications de communications interpersonnelles (type Whatsapp, Viber, Messenger…) est à mettre en regard des usages voix et SMS. Ainsi, dans un contexte de baisse du nombre de SMS émis depuis 2016, 63% sont des utilisateurs quotidiens de messageries instantanées (+10 points en un an),et 78% en ont l’usage, même ponctuellement (+14 points). Ces mêmes applications permettent aussi de passer des appels téléphoniques: six utilisateurs de smartphones sur dix en ont désormais l’usage, et 37% les utilisent quotidiennement (+18 points en un an).

Deux acteurs se partagent aujourd’hui la quasi-totalité des systèmes d’exploitation (OS): Google, avec Android, pour 77% des interrogés et Apple avec IOS pour 22% d’entre eux. Trois quarts des utilisateurs accordent une réelle importance à cette possibilité de portabilité de leurs données lors du changement de smartphone. L’étude montre que moins de 20% des détenteurs de smartphone utilisent un autre navigateur que celui pré-installé, et que 66% d’entre eux n’ont pas testé d’autres navigateurs. En revanche, lorsqu’ils ont effectué ce test, ils sont une majorité (55%) à en changer.

2014

La fracture numérique

Plus d’un tiers des Français (37%) considèrent que les relations avec l’administration publique se sont complexifiées, et presque autant (31%) estiment que le numérique joue un rôle dans cette complexification. A cela s’ajoute un manque d’aisance général avec l’informatique et internet, particulièrement éprouvé par les plus âgés, les moins diplômés et les habitants des petites communes. Par ailleurs, autre résultat intéressant : l’intérêt des français pour des lieux d’accompagnement qui rassemblent plusieurs services publics et services de proximité utile à leur quotidien. Il est donc essentiel de renforcer le rôle des acteurs de la médiation numérique au cœur d’un vrai numérique de proximité au service de l’accompagnement et de l’apprentissage.

Le numérique, un levier essentiel

Une part croissante de la population (68%, +14 points par rapport à 2009) considère l’accès à internet comme un facteur essentiel d’intégration dans la société.Pourtant, alors que 69% des plus diplômés estiment que le numérique a un impact positif sur leur vie, les 2/3 des non-diplômés, perplexes, ne se prononcent pas.

Réduire l’impact environnemental numérique

En dix ans, la proportion de Français voyant le numérique comme une opportunité s’est inversée. Ils sont maintenant 44% à considérer le numérique comme une menace (contre 35% en 2008 – 38% le voit comme une chance). La moitié des interrogés appréhende les impacts environnementaux du numérique tout en s’estimant mal informés. 8 Français sur 10 ont ainsi envie de réduire l’empreinte environnementale de leurs équipements et 69% souhaitent réduire l’impact de leurs usages.

Les médias traditionnels

Une part croissante des Français suit l’actualité en ligne (63%, +4 points par rapport à 2016). Mais ils accordent toujours leur confiance aux médias traditionnels : ils préfèrent la télévision (48%), la presse écrite (18%) et la radio (9%) aux réseaux sociaux (4%) pour comprendre l’actualité. Ces derniers sont par ailleurs le média qui inspire la plus faible confiance (8%).

—–
Retrouvez 12 ans de données ouvertes du Baromètre du Numérique partagées avec la Licence ouverte Etalab