Business

Retail : Faut-il lancer sa propre plate-forme Blockchain-aaS ?

Par le

La nouvelle étude de Juniper “Comment la Blockchain transforme le commerce de détail” affirme que les retailers peuvent opter pour différentes approches de déploiement de la Blockchain. Les revenus annuels passeraient à 4,5 milliards de dollars d’ici 2023

Certains retailers (tels que Alibaba ou JD.com) lancent leur propre plate-forme BaaS (Blockchain-as-a-Service), tandis que d’autres (dont Walmart) ont choisi de s’associer avec des fournisseurs spécialisés. Juniper prévoit que le nombre de retailers utilisant la blockchain aux États-Unis augmentera de plus de 7 500% entre 2018 et 2023 pour atteindre près de 15 000 à la fin de 2023. certaines.

[Les pays dépenseront plus de 72 millions de dollars en blockchain pour le registre foncier d’ici 2023. Les registres européens devraient dépenser plus de 38 millions de dollars d’ici à cette date]

Juniper a évalué 17 fournisseurs de la Blockchain, évaluant leur niveau d’agilité, de présence et d’innovation, sur la complexité de leurs solutions et de leurs perspectives sur le terrain. Il a classé les 5 principaux fournisseurs dans l’espace comme suit :

1 IBM
2 Digital Asset
3 NEM
4 Applied Blockchain
5 R3

IBM s’est établi comme le principal fournisseur de technologie de blockchain, combinant des solutions de blockchain agnostiques, de vastes déploiements commerciaux et des partenariats de haut niveau. IBM a travaillé avec des clients, notamment Maersk (chaîne d’approvisionnement transfrontalière), Mediaocean (fraude publicitaire) et Everledger (suivi du diamant). Walmart et neuf autres sociétés se sont associées à IBM afin de lancer une blockchain permettant de suivre les aliments dans le monde entier tout au long de sa chaîne d’approvisionnement. l’objectif du Food Trust est d’améliorer la capacité des entreprises à identifier les problèmes liés aux rappels d’aliments, tels que le traçage plus rapide des épidémies afin de limiter les risques pour les clients.

Par exemple lorsque vous récupérez une bouteille d’huile d’olive extra vierge dans les rayons des supermarchés, êtes-vous certain de son origine ? La fraude sur le marché de l’huile d’olive dure depuis très longtemps. Selon une étude de PwC, 40% des entreprises du secteur alimentaire estiment que les méthodes traditionnelles de lutte contre la fraude alimentaire ne fonctionnent plus. La blockchain permet de conserver des enregistrements dans lesquels chaque bloc de données est horodaté et lié de manière irréversible au dernier, de manière à ne pas pouvoir être modifié ultérieurement. Cela permet de conserver un enregistrement sécurisé du trajet du produit vers les rayons des supermarchés. Lire ce que fait l’entreprise Bellucci sur le sujet.

À lire : 6 avantages à mettre la Blockchain dans vos développements (Mobiles)

Feuille de route pour l’avenir

Juniper pense que la blockchain pour le retail suivra le processus présenté ci-dessous. Les retailers ont déjà intégré avec succès la blockchain pour suivre les actifs (par exemple, la provenance des aliments),d’autres hésitent et ne sont pas convaincus pour utiliser la technologie blockchain.

Les challenges : blockchain is a technology, not an outcome

Malgré les nombreux avantages offerts par la blockchain dans le suivi des actifs, la technologie apporte également de nombreux défis et limitations.

– Manque de connaissance du marché : certaines industries ne voient pas comment la blockchain peuvent les aider, ainsi que leurs clients !
– Le volume limité de données pouvant être traitées : bien que des progrès significatifs aient été accomplis
été réalisé à cet égard. La technologie doit encore prouver qu’ils peuvent gérer une grande quantité de
transactions dans de courtes périodes de temps avec des niveaux élevés de fiabilité et de sécurité.
– Sécurité des contrats intelligents : bien qu’il n’y ait pas eu de violation de la blockchain à ce jour.
– Défis réglementaires : les actifs doivent respecter la réglementation et les normes, une collaboration constante entre tous les acteurs clés (régulateurs, fournisseurs de technologie, institutions financières, gouvernements, autres) est primordiale.

L’Organisation mondiale du commerce a récemment publié un rapport soulignant l’efficacité des applications de la blockchain dans plusieurs secteurs, notamment le financement du commerce transfrontalier, la logistique et les transports.

Orange

Orange innove dans sa lutte contre les « fake news » en devenant le premier membre de Safe.press, une plateforme d’authentification mutualisée des actualités en ligne reposant sur la technologie blockchain. Ce système de certification en consortium, immédiatement reconnaissable par le badge vert « safe.press », est développé par la start-up française Block Expert.

Orange devient la première entreprise au monde à afficher sur ses pages un label de confiance numérique sécurisé par la blockchain permettant de vérifier en un clic et en temps réel l’authenticité et la source des contenus en ligne diffusés aux médias. Désormais l’ensemble des communiqués de presse publiés par Orange seront vérifiables dans l’espace presse d’ orange.com en cliquant sur le badge vert « safe.press ».