Business

Réimaginer les télécommunications avec la blockchain

Par le

De façon anecdotique, la plupart des gens reconnaissent que les smartphones sont sans aucun doute la technologie la plus prolifique de notre époque. Les smartphones ont à la fois une image de productivité et de distraction qui résument parfaitement l’ère numérique.

Bien que les smartphones soient une technologie relativement nouvelle (l’iPhone a été commercialisé pour la première fois en 2007), son adoption a été remarquablement rapide. Selon le Pew Research Center, en 2010, seuls 35% des adultes américains possédaient un smartphone. En l’espace d’une demi-décennie, ce nombre a doublé. Aujourd’hui, quatre adultes sur cinq possèdent un smartphone et ces pourcentages augmentent en fonction de l’âge de l’utilisateur. Pour les jeunes générations, l’utilisation du smartphone est une évidence.

De plus, ces appareils sont beaucoup utilisés. TechCrunch rapporte que l’utilisateur moyen de smartphone passe cinq heures par jour sur ses appareils. Cela représente une augmentation de 20% par rapport à l’année précédente.

Ce n’est pas simplement une tendance américaine. Les données fournies par Pew Global révèlent des niveaux d’adoption et d’utilisation similaires dans les pays développés du monde entier. Par conséquent, à l’échelle mondiale, les entreprises de télécommunications sont responsables de la sécurité des milliards d’utilisateurs de smartphones du monde entier. C’est un énorme travail.

[Selon Statistica, 50,3% du trafic en ligne mondial total a été généré par les téléphones mobiles en 2017]

Beaucoup d’usage engendre beaucoup de problèmes.

Les smartphones sont un peu un anathème ! Les pertes de temps telles que les jeux sur mobile et le défilement sans fin sur les flux de médias sociaux constituent une bonne partie du temps passé sur ces appareils. Cependant, ils constituent également des dispositifs de communication vitaux et, pour de nombreuses personnes, ils constituent le pivot central qui donne accès à l’économie numérique. Après tout, plus de la moitié des 3,5 milliards de recherches quotidiennes de Google sont effectuées sur un smartphone, et 12% des adultes déclarent que leur smartphone est leur seul moyen d’accéder à Internet. Comme Forbes l’a bien identifié, la quantité de données produites par les utilisateurs de smartphones est «époustouflante».

Bien entendu, pour les entreprises de télécommunication, la protection des utilisateurs est une lourde responsabilité. À cet égard, ils échouent dans des domaines embarrassants et controversés.

L’année dernière, Wired a publié un article sur le protocole Signaling System 7 qui permet aux entreprises de télécommunication de communiquer entre elles. Comme le note l’auteur de l’article, Lily Hay Newman, ” C’est ce qui vous permet de recevoir un SMS de votre ami, que vous soyez chez vous, dans une voiture en mouvement ou à l’autre bout du monde en itinérance sur un réseau étranger.” Malheureusement, des pirates ont pu exploiter le protocole SS7 pour rediriger les informations d’authentification à deux facteurs pour les comptes bancaires des clients. Couplés à d’autres informations personnelles, les pirates informatiques ont pu siphonner l’argent des comptes bancaires des clients.

De plus, l’échange de sim, l’art déconcertant de détourner un numéro de téléphone et de l’utiliser pour intercepter des codes d’authentification à deux facteurs ou pour vérifier des identités en ligne devient de plus en plus inquiétant. Le nombre d’attaques par échange de cartes simulées a plus que doublé depuis 2013. Malheureusement, comme l’écrit la Commission fédérale du commerce des États-Unis: “Les opérateurs de téléphonie mobile sont mieux placés que leurs clients pour empêcher le vol d’identité par le détournement de compte mobile et des nouveaux comptes frauduleux.”

Une législation récemment adoptée, telle que le règlement général sur la protection des données (GDPR) en Europe et la loi sur la Commission fédérale du commerce (15 USC §§41-58) aux États-Unis signifie que les entreprises de télécommunication auront plus qu’un altruisme pour motiver l’amélioration de la gestion data des utilisateurs. Pour cela, l’intégration de la blockchain est une étape naturelle pour le secteur des télécommunications.

Construire de meilleurs réseaux

Bien que la blockchain soit surtout connue pour son association avec des crypto-monnaies telles que Bitcoin, elle suscite une attention considérable en tant que solution d’entreprise dans pratiquement tous les secteurs. L’industrie des télécommunications n’est certainement pas différente.

Le cabinet d’études et de conseil Deloitte envisage quatre cas d’utilisation cruciaux de la technologie blockchain dans le secteur des télécoms: protection contre la fraude, identité en tant que service et gestion des données, activation 5G et connectivité IoT. Par conséquent, conclut Deloitte, “l’adoption de la chaîne de blocs pourrait réduire considérablement la fraude liée à l’itinérance et optimiser la gestion des identifiants par le biais de processus instantanés et automatisés basés sur des contrats intelligents”.

La capacité de différenciation de la blockchain est sa capacité à transférer des données en toute sécurité sans compromettre son intégrité. Cela est particulièrement vrai pour les «zero knowledge proofs» qui peuvent confirmer qu’une personne est suffisamment âgée pour jouer, jouer à un jeu ou regarder un film sans révéler leurs informations réelles. Cela pourrait considérablement aider les entreprises de télécommunication à vérifier les données de leurs clients sans les diffuser sur leur réseau.

Les startups autour de la blockchain se dépêchent de combler ce vide. Par exemple, des services tels que nuggets (voir la vidéo) fournissent aux utilisateurs des identités numériques sous forme de jetons qu’ils peuvent utiliser pour vérifier leurs achats ou leurs interactions en ligne. En bref, cela donne aux consommateurs un moyen de s’authentifier en ligne sans compromettre simultanément leurs données personnelles.

Ce processus de création de jetons est déjà en place dans plusieurs autres industries, mais son cas d’utilisation reste essentiellement le même. La blockchain améliore la sécurité grâce à son réseau décentralisé tout en rendant les données extrêmement transférables et utilisables. Alors que le secteur des télécommunications est aux prises avec les conséquences de la nouvelle réglementation et que les consommateurs sont de plus en plus sensibilisés aux informations personnelles, il serait sage de considérer la blockchain comme la technologie de nouvelle génération capable de résoudre leurs problèmes les plus importants actuellement.