Business

Rappelez-vous que les startups ne sont pas une marchandise

Par le

Avec un portefeuille de 150 start-ups de toutes maturités réparties sur la planète, et un programme de collaboration dédié auprès de plus de 30 grands investisseurs corporate, Partech est aux premiers postes d’observation pour les projets mis en place par les grands groupes en réaction à la vague start-up. C’est pourquoi Nico Valenti Gatto et Tanguy Confavreux ont écrit un livre blanc dont l’objectif est de décortiquer les différentes attitudes des grandes entreprises face aux start-up et de tenter de définir un guide des meilleurs méthodes et organisations adoptables par chacune en fonctions de leurs stratégies et besoins initiaux.

[Partech investit dans des entreprises en démarrage depuis 1982. Aujourd’hui, ils ont des bureaux à San Francisco, Paris, Berlin et Dakar. Leurs  fonds de 1,3 milliard de dollars aux entreprises de la phase de lancement à la pré-introduction en bourse, des États-Unis à Europe, Afrique et Asie du Sud-Est.]

Ce livre blanc est principalement destiné aux décideurs des grands groupes en tant qu’outil de référence pour gérer les attentes et se préparer en fonction de la raison sous-jacente du souhait de travailler avec des entreprises en démarrage. Cela pourrait intéresser les fondateurs et les dirigeants de jeunes entreprises d’en apprendre davantage sur la dynamique des grandes entreprises qui finiront par essayer de travailler avec ou d’investir dans leur entreprise.

En illustrant chaque étape avec des exemples et des cas concrets observés ou accompagnés par l’équipe de Partech, les auteurs analysent d’abords les raisons qui poussent les grands acteurs corporates à se rapprocher des start-ups (« Pourquoi »), pour ensuite décliner et resituer les différentes actions possibles pour répondre aux premières intentions (« Quoi »). La dernière partie propose un comparatif des différentes méthodes, pratiques et gouvernances observées par les équipes de Partech chez de nombreux corporates, essayant de donner une vision opérationnelle (« Comment »).

Les raisons pour lesquelles les grandes entreprises travaillent avec des entreprises en démarrage incluent l’amélioration de la marque de leur employeur, de leurs investisseurs et de leur entreprise. Cela ne suffit toutefois pas, et les raisons les plus avancées consistent à améliorer les connaissances internes et l’excellence opérationnelle et à rechercher la compétitivité dans leurs activités principales.

Le livre blanc assez complet passe en revue, 3 questions avec des rubriques pour vos les objectifs stratégiques :

– Pourquoi les grandes entreprises veulent-elles travailler avec des start-ups ?
– Que peuvent faire les grandes entreprises avec les start-ups ?
– Comment y arriver correctement ?

Rappels

– Rappelez-vous que les start-ups ne sont pas une marchandise
– Même si vous avez une stratégie très claire et que vous avez mis en place la meilleure gouvernance (idéalement piloter par le CEO et le board) possible pour interagir avec les jeunes entreprises, tout cela risque de ne pas fonctionner aussi bien qu’il le devrait si la bonne culture n’est pas en place.
– Méfiez-vous des activités safari en ce qui concerne l’image de marque et les connaissances. Alimenter uniquement l’image de marque et les connaissances Les WHY, sans conversion, deviennent une activité «Safari» qui n’est pas une approche durable et autonome. Vous allez perdre du temps et de l’argent et donner une mauvaise réputation à l’innovation parce que vous la transformerez en un bien impalpable. De plus, les start-ups cesseront rapidement de considérer votre entreprise.
– Les start-ups ont souvent le sentiment de ne pas être considérées comme de véritables entreprises. Le risque pour les entreprises consiste à les aborder comme s’il s’agissait d’une marchandise.Les solutions gagnant-gagnant étant disponibles, il est bon de faire un effort pour les trouver.

Une des meilleurs pistes est peut-être aussi de faire ce que font certains incubateurs, comme Techstars Studio qui vous permet d’envisager, de valider et de lancer rapidement de nouvelles startups.