Business

Possible d’être un leader de l’AI d’ici 2030 ? La Chine en pôle position !

Par le

La startup chinoise SenseTime a levé 600 millions de dollars auprès d’Alibaba et d’autres investisseurs pour une valorisation de plus de 3 milliards de dollars, devenant ainsi la première startup d’intelligence artificielle au monde autant valorisé.

La société est spécialisée dans les systèmes d’analyse de visages et d’images à grande échelle, a annoncé la clôture d’une série C au cours des derniers mois, à laquelle ont également participé la société d’investissement étatique singapourienne Temasek et le distributeur Suning.com.

Avec cet accord, SenseTime a doublé sa valorisation en quelques mois. Soutenu par Qualcomm, il souligne son statut comme l’une des entreprises locales à la tête de l’ambition de Pékin de devenir le leader de l’AI d’ici 2030. Mais surtout contribuer au plus grand système de surveillance au monde : si vous avez déjà été photographié avec un téléphone fabriqué en Chine ou marché dans les rues d’une ville chinoise, il y a de fortes chances que votre visage a été digitalement croqué par le logiciel SenseTime intégré dans plus de 100 millions d’appareils mobiles.

[Le projet de surveillance à l’échelle nationale de la Chine, nommé Skynet, a commencé dès 2005. Mais les progrès récents de l’intelligence artificielle ont donné un coup de fouet aux efforts de surveillance de l’État. Plus de 530 brevets liés aux caméras de vidéosurveillance et de surveillance ont été publiés en Chine en 2017, contre seulement 96 aux États-Unis – La Chine a également vu une augmentation des brevets de reconnaissance faciale, avec plus de 900 brevets publiés l’année dernière.]

Les derniers financements permettront de financer des investissements dans des domaines parallèles tels que la conduite autonome et la réalité augmentée, de couvrir le coût croissant des talents AI à acquérir et de renforcer sa puissance de calcul. Il développe un service nommé “Viper” pour analyser les données de milliers de flux de caméras en direct – une plate-forme qu’il espère s’avérer inestimable dans la surveillance de masse.

“Nous allons explorer plusieurs nouvelles orientations stratégiques et c’est pourquoi nous dépenserons plus d’argent pour construire des infrastructures. L’entreprise est devenue rentable en 2017 et veut accroître ses effectifs d’un tiers à 2 000 d’ici la fin de l’année. Au cours des trois dernières années, la croissance moyenne des revenus a été de 400 %.” Xu Li, co-fondateur de SenseTime

AI Suprématie

La Chine et tant d’autres font la course pour la domination mondiale dans l’AI. Elle abrite certaines des plus grandes start-ups d’intelligence artificielle soutenues par le secteur privé. Alibaba, le géant du commerce électronique qui est également le plus grand fournisseur de services de cloud computing du pays, pourrait répondre à ses énormes besoins en infrastructures. SenseTime prévoit de construire au moins cinq super-ordinateurs dans les villes au cours de la prochaine année pour Viper et d’autres services. Comme prévu, il transmet des milliers de flux en direct dans un seul système qui est automatiquement traité et étiqueté, via des périphériques de scanners de bureau aux guichets automatiques et aux caméras de circulation (à condition que la résolution soit suffisamment élevée). Le but ultime est de jongler 100 000 feeds simultanément.

[500 projets de villes intelligentes étaient en cours en Chine au début de 2017]

La police peut utiliser Viper pour faire le suivi de tous les accidents et agressions jusqu’au suspects sur les listes noires. Alors que les défenseurs des libertés civiles affirment que de tels systèmes ont été utilisés pour suivre les activistes et opprimer les minorités dans des régions comme la région occidentale du Xinjiang, Xu pense que la technologie est essentielle et déployée de différentes manières par les autorités du monde entier. Les forces de police chinoises et les images de surveillance sont également des sources importantes de données d’entraînement pour les systèmes de reconnaissance d’images de SenseTime – il prétend travailler avec 40 autorités municipales du pays.

“Cela n’affectera pas la vie privée car seules les personnes autorisées peuvent y accéder”, a-t-il déclaré !!

[beaucoup n’ont pas compris le pouvoir de Facebook à son démarrage, ici on ne parle pas de votre profil social que vous maîtriser (C’est vous qui publier) Mais de votre identité, votre liberté dans le flux de la rue, dans les commerces sans aucun optin de votre image… Beaucoup de scénarios sont possibles qui touchent de nombreux secteurs du plus anodin aux plus critiques… Mais bien pire que le scandale de Cambridge Analytica avec Facebook – comme éventuellement alimenter un système de crédit social, un plan gouvernemental  Chinois annoncé en 2014 pour évaluer la fiabilité» de ses citoyens.]

SenseTime revendique quelque 400 clients et plus de 40 partenaires, dont Qualcomm, le fabricant de puces NvidiA et 9 fabricant de smartphones comme Xiaomi. (En espérant que les photos de visage prises avec les smartphones ne vont pas alimenter une base…) Pour 2018, il projette plusieurs milliards de yuans de revenus. La startup étend sa portée à travers la réalité augmentée, popularisée par des services comme Snapchat qui imposent des autocollants numériques et des images sur le monde réel. La startup travaille avec Honda pour développer des systèmes de conduite autonomes et est en pourparlers avec les établissements de santé.

SenseTime est la plus grande startup AI, selon CB Insights. L’année dernière la Startup Megvii (qui développe la plate-forme de reconnaissance faciale Face ++) a levé 460 millions de dollars aussi avec Alibaba – le plus important démarrage pour la vision par ordinateur en 2017, dirigé par le fonds de capital-risque du gouvernement chinois, avec la participation du gouvernement russe. Megvii a déjà accès à 1,3 milliard d’enregistrements de données sur les citoyens chinois tirés de la base de données du ministère de la Sécurité publique.

Il y a aussi des petits acteurs de niche de Yitu à Malong Technologies ont également obtenu des financements. Un partenaire clé, Hangzhou Hikvision Digital Technology, est l’un des plus grands fournisseurs mondiaux de caméras de sécurité et développe sa propre technologie d’IA concurrente.

Paiement Mobile

La Chine a aussi un marché de paiement mobile très fort avec deux géants de la technologie à l’avant-garde: WeChat, détenue par Tencent, et Alipay, la branche financière d’Alibaba. Le premier compte près de 1 milliard d’utilisateurs, et le second environ 500 millions, ce qui laisse une grande empreinte digitale.

Maintenant, ces géants de paiement deviennent des dépôts d’identification numérique. Au moins trois provinces en Chine ont annoncé qu’elles émettent des cartes d’identité électroniques pour leurs citoyens en utilisant la technologie de reconnaissance faciale de WeChat ou d’Alipay.

Les ID mobiles peuvent être utilisés pour l’authentification au lieu de transporter des cartes d’identité physiques – obligatoires pour les citoyens  en Chine – pour les réservations de voyages, l’enregistrement  dans les cybercafés et autres contrôles de sécurité.

Pour mettre cela en perspective, cela ressemblerait à une situation hypothétique où Facebook ou Amazon travaillaient avec le gouvernement pour émettre des cartes électroniques de sécurité sociale utilisant la technologie de reconnaissance faciale et stocker officiellement les informations personnelles des citoyens, y compris l’ordinateur du cybercafé que vous avez consulté.