Commerce

[NRF 2020] Le mobile est de loin le canal de vente du retail à la croissance la plus rapide

Par le

2019 a vu l’essor du mobile comme appareil prédominant pour effectuer des achats numériques, entraînant une nouvelle concurrence d’entreprises en dehors du domaine de la vente au détail traditionnel. Selon les données présentées d’Euromonitor, le commerce électronique va générer 60% de la croissance totale des ventes du retail mondiales au cours des prochaines années, et il deviendra le plus grand canal de vente au cours des deux prochaines années sur les 30 canaux étudiés par l’étude, avec une part de 16 % du total des achats.

L’industrie du retail subit une transformation majeure dans le commerce électronique et les magasins physiques. L’ère du retail axé sur les stocks touche à sa fin et le virage vers les marques et l’expérience client est en train d’émerger. Dans un contexte d’incertitude économique accrue, les fondamentaux et les tendances les plus importantes façonneront cette industrie. L’essor du click and collect, des retours faciles pour le client, les commandes mobiles à l’avance et les paiements sans caissier aideront à rationaliser les transactions. Pendant ce temps, les plates-formes physiques «Retail as a Service» apporteront plus de marques natives qui adopteront le numérique aux consommateurs par le biais de vitrines et d’expériences sur le terrain.

Selon Ramsey, il y a 167 millions de personnes en Amérique qui achètent régulièrement des produits à l’aide de leurs téléphones mobiles, ce qui représente 84% de tous les acheteurs de commerce électronique.Les ventes en ligne provenant des smartphones ayant augmenté de 37% sur un an contre 8% pour les ordinateurs de bureau.

Le mobile est de loin le canal de vente du retail à la croissance la plus rapide, dépassant la moitié des ventes totales du commerce électronique au début de 2021.

Le président de Starbucks, Kevin Johnson à dit ne pas avoir peur de réinventer l’avenir grâce à la technologie, mais a insisté pour que l’innovation vienne en mettant l’accent sur la promotion de l’interaction humaine. Si l’Internet mobile a créé ces nouveaux scénarios, nous l’adoptons, mais nous ne le faisons pas au détriment de la connexion humaine. Par exemple, il a expliqué comment la reconnaissance vocale pourrait jouer un rôle. La chaîne expérimente également certaines avancées dans sa technologie d’intelligence artificielle avec la voix qui élimineraient la nécessité pour les employés de regarder vers le bas et loin des clients lors de la saisie des commandes. Au lieu de cela, les employés pourraient avoir un microphone et l’IA analyserait les conversations avec les clients et comprendrait les commandes. Ce contact visuel et cette conversation serait une bien meilleure connexion avec un être humain que de taper la commande !

BOPIS

(acheter en ligne, retirer en magasin), est un bon indicateur que vous pouvez trouver pour la progression de l’omnicanal, qui a augmenté de 35% sur un an. Adobe dans un rapport sur le sujet a également noté que les commerçant doivent augmenter leurs ventes en magasin. Ils manquent une occasion de transformer BOPIS en plus qu’une simple collecte sur une liste de courses. Les “paniers” BOPIS ont tendance à ne contenir que quelques articles, souvent moins chers que la norme. C’est une très bonne image de la situation actuelle de la plupart des reailers : capitaliser sur les vitrines ! Moins de 20 % des commerçant sont équipé pour proposer cet usage (Bopis) ! qui doit apporter une expérience, d’automatisation et de commodité aux clients.

Les commerçants peuvent mettre toute la technologie qu’ils veulent, mais si cela ne permet ni l’expérience, ni l’automatisation, ni la commodité, cela ne fera pas de différence pour les consommateurs. Les app doivent être conçu simplement pour ce cas d’usage !

PERSONNALISATION

SAP a présenté sur le NRF les capacités de personnalisation lors de l’expérience commerciale grâce à des technologies de gestion intelligente de l’expérience dans une app.

LOGISTIQUE

30% de tous les produits commandés en ligne sont retournés (contre environ 9% pour les ventes hors ligne); 92% des consommateurs achèteraient à nouveau si le processus de retour des produits était facile et 79% des consommateurs souhaitent un retour gratuit. Géré manuellement dans le passé, le traitement des retours est devenu un autre point focal pour les entreprises qui doivent non seulement recevoir les marchandises retournées, mais aussi les réintégrer rapidement et efficacement dans la chaîne d’approvisionnement. Cela peut être aussi simple que des postes de travail, des convoyeurs automatisés et des systèmes de tri inversé ou aussi complexe qu’un système hautement automatisé qui incorpore des systèmes de poches, de la robotique et d’autres éléments. Le volume des retours justifie un investissement dans l’automatisation.

En tout cas le mobile est sous exploitée du coté client sur cette gestion des retours !

etc….