Business

[MWC19] ATOS, le digital permet de multiplier la ressource !

Par le

Atos qui est dans le top 3 des ESN Française et le top 10 dans le monde est présent sur le MWC depuis plusieurs années (Comme Accenture, IBM,…) ! Ils ont fait plusieurs annonces importantes autour de l’IoT, la virtualisation, les chaTbots ! La 5G éclipse ce type d’annonce, mais le réseau futur sera le coeur du déploiement de l’internet des objets pour les industriels et les opérateurs avec la data au centre !

Les opérateurs télécoms doivent être prêts à gérer un déluge de données dans les applications 5G. Cela nécessitera une puissance de calcul sans précédent. Atos est prêt à fournir les ressources nécessaires via ses centres de données multi-accès Edge Computing. La marque construit aussi les réseaux privés LTE et 5G qui deviennent une l’approche privilégiée pour les communications critiques, l’IoT industriel, les entreprises, les campus et les lieux publics.

Annonces et compétences

1/  Atos, a signé un contrat avec Coca-Cola HBC, l’un des plus importants embouteilleurs au monde pour la société Coca-Cola. avec des opérations dans 28 pays en Europe, en Russie et au Nigeria, desservant environ 595 millions de consommateurs. Dans le cadre de ce nouveau contrat, Atos fournira des services IoT de bout en bout pour le programme Coca-Cola HBC Connected Cooler. La connexion d’actifs, tels que le placement d’armoire réfrigérante (1,6 million) sur le marché, est l’une des pierres angulaires de la stratégie d’activation des activités numériques de Coca-Cola.

Atos va déployer la solution Codex Connected Cooler, 300 000 armoires seront connectés d’ici fin 2018. Cette solution permettra à Coca-Cola HBC d’accéder à d’énormes quantités de données de points de vente, notamment : placement et disponibilité des glacières en magasin, température, niveau des stocks, placement des produits, comportement et tendances des clients. Cette solution de bout en bout permettra à Coca-Cola HBC de se connecter, de collecter et de gérer les données des systèmes de refroidissement connectés dans les 28 pays.

De nombreux bénéfices pour le géant comme le fait que
-40% des utilisateurs d’applications atteints par des notifications push ont transformé 1 message sur 4 en une transaction.
– L’armoire permet de surveiller et maintenir visuellement les niveaux de stock pour s’assurer que les produits sont toujours disponibles.
– L’autodiagnostic grâce à la surveillance continue des statistiques vitales telles que la température, l’humidité et la consommation d’énergie.

2/ L’un des défis auxquels les opérateurs de télécommunications sont actuellement confrontés pour migrer leurs réseaux de télécoms c’est de passer d’un modèle physique traditionnel vers un environnement virtuel moderne. Dans ce cadre Atos a annoncé aujourd’hui la création d’une alliance multifournisseurs avec Dell EMC, Intel, Juniper Networks, Red Hat et VMware, afin d’accélérer la création de valeur à partir de NFV (Network Functions Virtualization). L’alliance a conçu et construit une architecture utilisant des produits commerciaux prêts à l’emploi pouvant être déployés rapidement et efficacement en tant qu’infrastructure. orchestrateur de réseau, présentant ses dernières capacités de découpage en réseau.

L’architecture optimisée peut réduire de plus de 60% le coût total de possession sur une période de trois à cinq ans, parallèlement aux changements organisationnels et opérationnels. Atos et ses partenaires ont investi dans un laboratoire NFV situé à Grenoble, en France. Atos gérera les consortiums de partenaires de l’écosystème des télécommunications, exploitera et maintiendra le laboratoire NFV.

Le laboratoire NFV se concentre sur le test, la validation et la démonstration de services NFV essentiels à la mission dans le cadre de programmes spécifiques de clients sur les marchés des opérateurs de téléphonie fixe et mobile. Cela aide à :
• Développer les processus opérationnels et les actions d’optimisation des performances nécessaires pour gérer les performances du réseau dans un réseau d’opérateur hybride et entièrement virtualisé.
• Appliquez différentes configurations et charges de travail, y compris des scénarios de sinistre, et testez les attributs de fiabilité, d’échelle, de performances et d’actions de réponse.
• Prendre en charge une solution multi-fournisseurs offrant davantage de flexibilité et de choix aux opérateurs, mais avec le même engagement et le même support que ceux qu’ils attendaient des fabricants d’équipements de télécommunications individuels proposant des solutions de niveau opérateur.

3/ Atos avec son partenaire Google Cloud annonce la signature d’un contrat avec T-Mobile Netherlands pour la fourniture d’un chatbot utilisant l’intelligence artificielle (IA), dans le cadre du projet de transformation digitale du groupe de télécommunications. Ce chatbot multicanal permet de rationaliser les requêtes des clients, d’accroître leur satisfaction et de réduire les coûts. Le développement c’est fait en 4 semaines avec 8 personnes ce qui permet de répondre (résoudre) à 67% les sollicitations client. Véritable gain de productivité et qualité de service pour le client, les 33% des questions non traitées sont basculées sur un call-center.

Ce programme est capable de mener une conversation intelligente. Il est capable de simuler de manière convaincante un comportement humain en utilisant DialogFlow. Il est très intéressant de voir comment Google a réussi, en un peu plus d’un an, non seulement à booster 4x la communauté de développeurs de DialogFlow (anciennement api.ai), mais continue également à simplifier la création de chatbots. Google y parvient en introduisant de nouvelles méthodes de création de robots qui améliorent réellement l’expérience client à tous les niveaux.

Les entreprises aiment investir dans les chatbots pour réduire leurs coûts opérationnels. De cette façon, ils peuvent servir les clients plus rapidement et plus efficacement. Mais saviez-vous que 60% des clients préfèrent en fait parler à un chatbot pour faire avancer les choses? Gartner annoncent que d’ici 2021, 50% des entreprises dépenseront davantage en chatbots qu’en développement mobile.

Les autres compétences présentées sur le MWC

CopSonic propose l’usage de la technologie ultrason pas nouvelles intégrée dans la solution de paiement mobile Wallet de Worldline pour améliorer le parcours client. Des informations sécurisées comme des identifiants, mots de passe, identités numériques, paiements électroniques ou de la Blockchain sont véhiculées par ultrasons. Il est intéressant de noter que cette technologie est l’une qui pourrait donner à l’assistant vocal la monetisation. Un SDK existe qui fonctionne sur Android, iOS…

Atos présenter des cas d’usages de la blockchain
Origin la première solution industrielle de traçabilité alimentaire avec certification commercialisée par Bureau Veritas

Bloomen, un projet de recherche financé par l’UE qui est une plateforme qui permet de gérer les droits digitaux pour les chansons, photos, vidéos via la blockchain. Lle projet a débuté en septembre 2017 et a une durée de 36 mois.

– Mobility as a Service était également en démonstration sur le stand avec la solution WLTap 2 Use. Ce parcours va de la planification du trajet jusqu’au récapitulatif des consommations en fin de journée, le tout grâce à un seul compte mobilité. L’Open Payment apporte une facilité aux voyageurs et notamment aux clients occasionnels pour la validation et le paiement de leur titre de transport. Pour voyager leur une carte de paiement sans contact, un smartphone ou encore une montre connectée suffit. Plus besoin de billet, enfin !

Le digital permet de multiplier la ressource !

[On pourrait croire que les sujets cités ci-dessous sont éloigné de l’industrie du mobile ! Mais le smartphone est à ce jour la source de collecte de la data la plus prolifique !]

Nous avons rencontré Francis Meston Ceo MEA (Afrique, Turquie, Moyen-Orient) en charge de la transformation numérique, dans ces pays avec 4000 personnes formés et déployé localement dans de nombreux pays ! La conversation passionnante a mis en avant comment Atos souhaite accélérer la révolution numérique dans de nombreux secteurs dont celui du secteur agricole.

Le digitale vous permet de multiplier vos ressources naturelles (Énergie, Agriculture, Jeunesse…) certaines zones du monde on des ressources gigantesques, comme l’Afrique qui est la 1er terre agricole du monde, qui compte 60 % des terres arables non exploitées. En Afrique subsaharienne, il y a plus de jeunes qui arrivent sur le marché du travail que l’Inde et la Chine réunit d’ici 2030. Si les pays ont la compréhension du digital, ils peuvent diriger la croissance et accroître leurs ressources naturelles.

Les nouveaux outils numériques pour l’agriculture, peuvent aider à répondre à la demande croissante des produits. L’avenir dépend de la capacité à exploiter des données pour une agriculture de précision qui va optimiser les rendements.

L’enjeu du digital est en pleine effervescence dans tous ces pays ! Le digital va permettre de multiplier la ressource, par exemple en étant capable d’avoir et d’exploiter  la data dans des secteurs où elles n’existent pas, cela changera le rapport. Par exemple une donnée que les agriculteurs dans nos pays explorent sont les images de leurs terres prises par des satellites et des drones. Combinées à d’autres, ces technologies fournissent des solutions sans précédent pour avoir des niveaux de compréhension de la santé des cultures, des conditions du terrain et des changements climatiques. L’ouverture de marketplace dirigé par le mobile vers les populations va changer la donne !

Autre sujet méconnu, Atos est engagé (seule en Europe) dans le développement des systèmes et solutions de calcul haute performance pour fournir des prédictions météo plus fine, développer des moteurs d’avion plus écologiques, exploiter la génomique à des fins de médecine personnalisée,… toutes ces innovations demandent de la puissance de calcul des supercalculateurs, les HPC. Par manque de moyens ou de compétences, beaucoup d’entreprises ou d’organisations n’ont pas encore accès à une infrastructure HPC. Pour ces entreprises, Bull Extreme Factory propose un ensemble de solutions (HPC en tant que service) associées à des services experts pour accompagner la mise en œuvre des applications de simulation numérique.

La prochaine étape c’est le quantique, pourquoi ? pour passer du peta(flot) à l’exa(flot) (Rapidité de calcul de la data) – Le nombre d’opérations en virgule flottante par seconde ou FLOPS est une unité de mesure de la performance d’un système informatique. ATOS est pragmatique est à développer un savoir faire de simulation quantique unique en Europe. Afin de travailler à de nouveaux algorithmes quantiques, Atos a développé Atos Quantum Learning Machine (Atos QLM), le premier simulateur quantique utilisant un langage de programmation universel à destination de l’ensemble de la communauté des scientifiques et développeurs, associé à un nouveau supercalculateur ultra compact.

Cette puissance de calcul permettra au digital de multiplier la ressource !

ATOS qui aussi le leader du paiement en Europe participe à la consolidation de l’industrie du paiement et c’est stratégique pour le groupe être le consolidateur dans le segment du paiement électronique. D’ailleurs en juillet il avait bouclé le rachat de Six Payment Services (SPS) qui est le leader historique sur son marché national en Suisse qui est également présent en Autriche, au Luxembourg et en Allemagne.

Il a aussi lancé il y a quelques mois Yumi, un terminal digital pour les paiement CB destiné à tous les environnements de vente au détail. Son système d’exploitation Android permet le développement d’applications qui améliorent considérablement l’expérience utilisateur. Equipé d’un grand écran tactile permet une interaction avec une multitude d’applications qui vont bien au-delà du simple paiement. Par exemple, tout temps d’attente à la caisse peut être transformé en moments à valeur ajoutée pendant lesquels les clients peuvent bénéficier de services réactifs et personnalisés. Il a été entièrement optimisé pour une utilisation portable et sur comptoir ! Il sera disponible à partir de la fin de l’été 2019

L’enjeu est aussi de donner un outil de paiement à l’Europe concurrent des ApplePay, Alipay et &… Ce n’est pas gagné, car l’usage en Europe qui marche très bien du reste, c’est une carte en plastique, la CB qui fait fonctionner les paiements. Dans beaucoup de pays émergent ont switch souvent certaines technologies, c’est le cas par exemple en Chine, en Afrique avec la CB, ils sont passés directement au mobile. La prochaine étape est la digital money et il ne faudra pas la louper, sous prétexte que notre usage fonctionne bien à (CB) 3 scénarios possibles :

– Accélération significative de l’adoption des paiements électroniques et de la diminution des fonds dus à PSD2,SEPA Instant et d’autres facteurs
– Une augmentation prononcée de l’importance des crypto-monnaies privées avec le risque d’évincer la monnaie fiduciaire sous toutes ses formes
– Un backclash au banque ouverte/accès liées à PSD2 et autres développements du marché (par exemple, l’essor d’Alipay et de WeChat)

C’est un marché en pleine mutation ! Globalement, le marché européen des paiements dans le retail et des petites et moyennes entreprises (PME) restera porteur et dynamique au cours des prochaines années, compte tenu des nouveaux changements réglementaires et de l’adoption de nouvelles technologies, tant par les clients que par les fournisseurs.