Business

Les services de paiement sur Messenger et WhatsApp à la traine !

Par le

Alors que l’utilisation des espèces diminue lentement dans le monde entier, l’écosystème des services de paiement numérique s’étend de plus en plus dans le monde : les transactions sans cash devraient dépasser le billion de dollars (qui comprendra 40% des transactions) pour la première fois en 2023, grâce à la pénétration accrue des cartes, à un accès plus large aux téléphones mobiles et à une infrastructure de paiement. Sur les marchés émergents, ces changements seront portés par l’Asie, qui reste à la tête de la transformation numérique des paiements, avec les clients de la Chine, de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est affluent vers des portefeuilles comme Alipay et Paytm et des super-applications telles que WeChat et Grab.

À lire : P2P, Peer-to-peer payment explose !

[Aux US, les consommateurs continueront à utiliser leurs paiements par carte, mais le mobile restera le moteur de la croissance, représentant 44% des 1,9 billion de dollars du commerce électronique et 68% des 760 milliards de paiements P2P en 2024]

Facebook aimerait donner aux consommateurs la possibilité d’effectuer des paiements directement via ses applications de messagerie mobile (Messenger et WhatsApp) ce qui rendrait les plates-formes plus utiles pour les entreprises et les consommateurs. Facebook offre déjà la possibilité d’effectuer des paiements via Messenger dans un petit nombre de marchés, mais le déploiement a été lent.

Le service a été lancé pour la première fois aux États-Unis en 2015, mais il a fallu encore deux ans pour que cette fonctionnalité soit disponible sur un deuxième marché (le Royaume-Uni). Les déploiements ultérieurs ont été faibles sur le terrain, la France étant le seul autre marché officiellement dévoilé, bien que la société détienne une licence de monnaie électronique pour l’ensemble de l’Europe depuis 2016. Mais en avril 2019, Facebook a arrêter les services P2P sur Messenger ou via des messages Facebook pour tous les résidents du Royaume-Uni et de la France ! (Libra est passé par là)

Par le biais de son service WhatsApp, la société teste actuellement les versions bêta des paiements peer-to-peer en Inde depuis 2018, bien que le service ait apparemment subi un certain nombre de retards et n’a pas encore été lancé commercialement. L’Inde est l’un des plus gros marchés de WhatsApp, avec plus de 200 millions d’utilisateurs. Le lancement de la bêta a une une base d’utilisateurs limitée  et un nombre limite par transaction. La fonctionnalité est basée sur UPI (Unified Payments Interface) et prend en charge plusieurs banques indiennes

La plus grande plate-forme en Inde est une plate-forme locale – Paytm. Soutenue par Alibaba et SoftBank.

Facebook pourrait perdre beaucoup temps à lancer (US, Europe) Libra et perdre la bataille des paiements dans les messageries, il serait peut-être plus rapide de passer des partenariats avec des plateformes bien établis voir à ouvrir complètement aux néo-banques le marché… C’est le cas de WhatsApp a entamé des pourparlers avec un certain nombre de sociétés de paiement numérique en Indonésie dans le cadre de la poursuite de son objectif consistant à intégrer des services de virement de fonds à son application de messagerie. En Indonésie, la voie privilégiée vers le marché consisterait à passer des accords avec des fournisseurs de portefeuilles locaux en raison de la réglementation en matière de licences, bien que son service nécessiterait toujours l’approbation de la banque centrale du pays.