Business

Les applications mobiles, ont recours entre 10 et 40 satellites différents !

Par le

Amazon a demandé début juillet aux États-Unis l’autorisation de lancer 3 236 satellites de communication, rejoignant une nouvelle course à l’espace pour offrir un service Internet à basse orbite et défier la flotte prévue par SpaceX d’Elon Musk. La FCC a déjà approuvé près de 13 000 satellites en orbite terrestre basse. Ceux-ci incluent 11 943 pour Space X, qui a lancé un premier lot de 60 engins spatiaux en mai (Starlink Mission). Facebook aussi utilisera des satellites, le géant pense que la technologie par satellite constituera un catalyseur important de la prochaine génération d’infrastructures à large bande !!

Apple, finance un projet avec Boeing visant à fournir des services Internet via une constellation de satellites en orbite terrestre basse. Les voitures autonomes sont un axe fort dans ce domaine, à suivre…

Google possède deux satellites d’imagerie terrestre via sa filiale Skybox Imaging. SkySat-1 a été lancé en 2013 et SkySat-2 en 2014. Les satellites mesurent 60 x 60 x 95 centimètres et pèsent environ 120 kilogrammes. Ils prennent des images avec une résolution supérieure à 1 mètre et peuvent également prendre des vidéos HD. Google a acheté la startup Skybox en 2014.

Cela ce fera sur une orbite terrestre basse, des altitudes d’environ 180 à 2 000 kilomètres. les satellites doivent parcourir le globe pour rester en altitude et effectuer des orbites en 90 minutes à peine. À mesure que l’on se dirige vers l’horizon, il transfère les signaux au prochain satellite qui passe. De nombreux satellites sont nécessaires si l’objectif est une couverture continue et étendue. C’est un projet à long terme qui vise à desservir des dizaines de millions de personnes qui n’ont pas accès à un accès de base à Internet haut débit mais aussi cel aidera les opérateurs de réseaux mobiles à étendre les services sans fil, a déclaré Amazon avec une perspective de services de connectivité haut débit mobile à haut débit pour les aéronefs, les navires et les véhicules terrestres.

Votre smartphone branché avec l’espace

Depuis quelques mois, les annonces autour de l’espace fleurissent, tous les acteurs gesticulent pour être présent dans ce ciel noir au-dessus de notre tête ! Récemment, un ministre a donné cette information “L’espace est au cœur de nos vies, lorsque vous utilisez votre smartphone dans une journée, en général, en ouvrant vos applications, vous avez recours à entre 10 et 40 satellites différents”, est-ce la réalité ? Avant de répondre, regardons quelques applications qui nous permettent avec les satellites de mieux comprendre la météo, la navigation, la gravité, les changements climatiques et la magnétosphère depuis l’espace.

Google Maps utilise GeoEye, le satellite d’imagerie, haute résolution (1,65 mètre) de Google est si précis que les écologistes l’ont utilisé pour suivre la population animale. Vous utilisez aussi lorsque vous activez la localisation sur votre smartphone, le satellite GNSS. Chaque jour, les récepteurs GPS exploitent le système à 35 satellites pour déterminer notre position exacte sur Terre. Toutes les applications comme Bing Maps et OpenStreetMaps utilisent les satellites !

Google Earth nous offre une interface gratuite avec des images satellite et aériennes actualisées. La commodité de connaître votre position avant de partir avec vue sur la rue est à couper le souffle. Qui aurait pu penser, il y a des décennies, que vous pourriez parcourir le monde en mangeant  dans le confort de votre foyer ?

Copernicus

Copernicus est le nom d’un programme européen de surveillance de la Terre. A terme, pas moins de quinze satellites doteront l’UE d’une capacité unique à étudier l’état de notre planète: les terres émergées, notamment les forêts et les cultures, mais aussi les océans, les glaces, la qualité de l’air et le climat. Avec un double objectif: suivre l’évolution de l’environnement terrestre et améliorer la sécurité alimentaire, la prévention et la gestion des catastrophes humanitaires, voire la surveillance des frontières de l’UE.

De nombreux développeurs ont profité des données Copernicus complètes, gratuites et ouvertes pour créer des applications à des fins diverses. Du suivi du pollen et de la qualité de l’air aux informations en temps réel sur l’état de la mer et aux cartes de données de navigation, voici  20 applications que vous pouvez tester.

Les satellites permettent beaucoup de choses

– Déterminer la teneur en humidité du sol à l’aide de capteurs actifs et passifs dans l’espace
– Localiser les nouvelles constructions et les modifications de bâtiments, les piscines 🙂
– Prédire les revenus et la part de marché du commerce de détail en comptant les voitures dans un parking
– Photos et vidéos aériennes pour la surveillance militaire
– Recourir à des radars pour augmenter les primes d’assurance dans les zones inondables. Cartographier les zones les plus exposées aux inondations, leur fréquence d’inondation et l’ampleur des dégâts.
– les compagnies d’assurance des agriculteurs (récolte) peuvent vérifier les cultures semées.
– Les satellites peuvent non seulement déterminer l’étendue des déversements d’hydrocarbures, mais ils peuvent également identifier la direction et le taux de déplacement des hydrocarbure.
– Compter les ours polaires
– Ils mesurent quantitativement la perte et le gain des forêts mondiales.
– La télédétection de la navigation maritime, l’analyse de l’acheminement, les informations sur les vents et les vagues et la proximité des navires.
– Prévisions météorologiques pour prévenir des catastrophes naturelles
– Les satellites peuvent suivre l’étendue des incendies de forêt à l’aide de données temporelles.
Source

Donc, est-ce que vos applications, ont recours à des dizaines de satellites différents, oui c’est fort probable ! Ce n’est que le début !