Business

Le smartphone accélère-t-il la fin du cash ?

Par le

Les revenus tirés des paiements dans le monde devraient atteindre 3 000 milliards de dollars au cours des quatre prochaines années, contre 2 000 milliards en 2018, selon le cabinet McKinsey. Le marché des portefeuilles mobiles devrait dépasser les 250 milliards d’ici 2024. Les entreprises de technologie, telles que Amazon, MakeMyTrip, Uber et Ola, ont généré plus de 80% des revenus sur le marché des portefeuilles mobiles en 2017.

Mais rien n’est joué malgré les chiffres ci-dessus, un article du Forbes fait prendre conscience que le consommateur américain moyen effectue 41 paiements par mois, ce qui représente environ 1,3 transaction par jour. En ce qui concerne le nombre de transactions, l’argent reste le roi incontesté. Environ 70% des Américains utilisent encore de l’argent chaque semaine. Aujourd’hui, 53% des Américains déclarent vouloir faire en sorte de toujours disposer de liquidités au cas où ils en auraient besoin. Cela représente une baisse de 7 points de pourcentage par rapport aux 60% qui ont déclaré cela en 2015.

Dans le même temps, près de la moitié des transactions aux États-Unis sont exécutées avec de cartes de crédit ou de débit. Cependant, rien de ce qui précède ne parle du chèque . Selon les derniers chiffres publiés par la Réserve fédérale d’Atlanta, l’Américain moyen a dépensé quatre fois plus en chèques par transaction qu’en cartes de crédit, et dix fois plus qu’en argent comptant.

En 2017, d’autres méthodes de paiement ont été utilisées, l’un des acteurs Venmo a vu son volume net de paiements augmenter de 78% en un an, pour atteindre 17 milliards de dollars au dernier trimestre de 2018. En 2017, environ 45% des consommateurs américains avaient un compte non bancaire tel que PayPal. Dans le même temps, en Chine, les taux d’adoption de plateformes de paiement non bancaires, telles que WeChat Pay et AliPay, en tant que principal mode de paiement, avaient atteint l’énorme 92% dans certaines régions métropolitaines. Selon les prévisions récentes, 80% de la population chinoise utilisent des paiements mobiles, et seulement 23% des consommateurs américains font de même .

Malgré cela en 2019, il y a quand même de nombreuses initiatives comme le stade de la Ligue majeure de baseball, le Tropicana Field, qui deviendra entièrement sans argent, les visiteurs étant tenus de valider leurs achats avec des appareils mobiles, des cartes de crédit ou des cartes-cadeaux. De plus, 15% des fournisseurs américains prévoient également d’accepter les crypto-monnaies au cours des trois prochaines années .

Tim Cook, a déclaré aux analystes cette semaine qu’Apple Pay avait traité 1 milliard de transactions au cours des trois derniers mois de 2018, soit deux fois plus que l’année précédente. Selon les données de Loup Ventures, 12% seulement des 383 millions d’utilisateurs Apple Pay dans le monde sont basés aux États-Unis. Le marché NFC domine le paysage des portefeuilles mobiles avec une part de marché de plus de 70%

Les freins US

– Les premiers utilisateurs du paiement sur mobile sont actuellement répartis entre les trois principaux écosystèmes portables, avec Apple Pay en tête du peloton avec 22 millions d’utilisateurs (Google et Samsung comptent respectivement 11,1 et 9,9 millions d’utilisateurs). Ces wallet garden augmentent les coûts d’adoption pour les vendeurs et les consommateurs, ce qui a rendu difficile pour un service de paiement particulier d’atteindre une masse critique.

– En fait, l’application Starbucks Rewards est l’application de paiement mobile la plus populaire, avec 23,4 utilisateurs en 2018, et l’écart entre Starbucks et Apple devrait s’élargir à plus de 2,3 millions d’ utilisateurs d’ici 2022.

– Seuls 12% des fournisseurs américains acceptent les paiements mobiles dans l’ ensemble , et beaucoup notent que le passage d’une carte de crédit à Apple Pay, par exemple, ne présente aucun avantage significatif.

En Europe

Par exemple, l’utilisation d’espèces a continué de diminuer en Suède à un point tel qu’elle pourrait bientôt être tellement marginalisée qu’il devient difficile d’utiliser les espèces comme moyen de paiement. En 2018, seulement 13% des Suédois ont déclaré avoir utilisé de l’argent pour un achat récent, selon une enquête nationale , contre 40% environ en 2010.

En France force est de constater que le cash reste le moyen de paiement majoritaire avec 68 % des transactions enregistrées en France. Les usagers privilégient le paiement sans contact au quotidien avec presque 1 milliard de transactions. Les données Banque de France  sont de 2016 et ne font pas vraiment apparaitre les paiements mobiles à ce stade. Si vous passez une journée avec le wallet de votre smartphone, vous verrez qu’un grand nombre de terminaux CB sont équipé de NFC (sans contact) mais faut-il avoir un smartphone équipé d’un wallet et d’une banque compatible  !

Des recherches effectuées par Juniper montrent que d’autres pays, comme le Royaume-Uni, où le paiement sans contact est omniprésent, montrent que les cartes ont une traction bien supérieure à celle des smartphones. La région européenne devrait connaître un taux de croissance annuel composé (CAGR) supérieur à 15% au cours de la période de prévision 2018-2024 selon marketstudyreport.

À lire : De nombreux pays acceptent maintenant WeChat Pay ou Alipay

Evolution

En 2018, près de 280 millions de personnes, soit 85% de la population aux États-Unis ce sont connecter au moins une fois par an à internet. De ce nombre, 81% vont parcourir, rechercher ou comparer produits numériques et 70% utiliseront Internet pour effectuez réellement un achat. En conséquence, le cross-canal les achats deviennent de plus en plus courants. eMarketer estime que 25% des achats commencés en ligne sont complétés en magasin et 25% des achats commencés en magasin sont finalisés en ligne. Compte tenu de ces données, il est pas étonnant de voir qu’en 2017, les paiements effectués avec les cartes a dépassé l’argent liquide dans le monde : 23,3 billions de dollars contre 20,4 billions de dollars c’est ce que rapporte VISA

• 65% des PME conviennent que les clients dépensent plus quand ils utilisent des cartes contre de l’argent.
• En moyenne, les PME ont signalé une augmentation de 8% du chiffre d’affaires après acceptation des paiements numériques.