Opérateur

Le marché européen des smartphones, le plus volatile au monde !

Par le

Samsung a grimpé à une part de marché supérieure à 40% sur le marché européen des smartphones au deuxième trimestre, son plus haut niveau en cinq ans, avec 18,3 millions de smartphones vendus. Il a lancé une panoplie de nouveaux appareils concurrents sur le marché, en se concentrant sur sa série A, qui comptait plus de 12 millions d’unités. Ses quatre principaux modèles de cette gamme, les Galaxy A10, A20e, A40 et A50, ont livré plus d’unités que tout autre fournisseur en Europe géré avec l’ensemble de leur gamme de téléphones intelligents.

Huawei, son principal rival, a subi l’impact des restrictions politiques imposées aux États-Unis, ses livraisons ayant chuté de 16% à 8,5 millions d’unités. Apple est resté le troisième fournisseur en importance, enregistrant une baisse de 17% pour expédier 6,4 millions d’iPhones. Xiaomi en a profité pour s’imposer davantage sur les marchés où elle est forte, avec une croissance de 48% à 4,3 millions d’unités. HMD Global a complété le top cinq, en baisse de 18%, pour livrer 1,2 million de smartphones.

Depuis des années, l’attention portée au bénéfice d’exploitation a étouffé la stratégie produit de Samsung. Mais cette année reconquérir des parts de marché est sa priorité absolue. Mais son succès n’est pas uniquement dû à la stratégie produit. Samsung n’a pas tardé à capitaliser sur les problèmes de Huawei, travaillant en coulisses pour se positionner comme une alternative stable dans les conversations avec les détaillants et les opérateurs importants. Le manque de fidélité à la marque parmi les utilisateurs de smartphones Android bas de gamme et de milieu de gamme, qui blase Samsung depuis si longtemps, est devenu le catalyseur de sa meilleure performance depuis des années. L’Europe conserve sa réputation d’être l’un des marchés de smartphones les plus volatiles au monde.

Xiaomi, une force majeure en Europe ?

Selon Canalys son atout principal réside dans les pays Européens sensibles au prix, sur les canaux online et ouverts, mais il est de plus en plus reconnu et étendu par d’importants opérateurs de téléphonie mobile. Ce n’est pas nécessairement dans l’intérêt de tous que Samsung devienne plus fort. Si Samsung consolide son pouvoir contre un Huawei affaibli, il peut négocier plus fort sa marge. Pour cette raison, les distributeurs, les détaillants et les opérateurs de téléphonie mobile recherchent activement des marques alternatives pour combler le fossé et réduire leur dépendance à l’égard de Samsung.

Au départ, Xiaomi n’avait pas la faveur des opérateurs d’Europe de l’Ouest, en raison de la faible structure de ses marges sur les canaux online, mais à mesure que les petites marques disparaissaient, cela devient intéressant de travailler avec Xiaomi qui lui-même grandit. Il a également tiré parti de sa première incursion dans la 5G, qui permet de créer de nouveaux partenariats avec des opérateurs alors que la gamme de smartphones 5G disponibles est limitée.