Commerce

Le commerce mobile doit encore faire ses preuves auprès des consommateurs Français.

Par le

Le commerce mobile, nouveau secteur en forte croissance, doit encore faire ses preuves auprès des consommateurs français. C’est une étude réalisée par Ipsos pour Paypal s’intéresse aux dernières tendances du e-commerce sur mobile (mCommerce). On note encore côté consommateurs, des réticences plus fortes par rapport au marché mondial à adopter cet outil de paiement.

Si seulement 28 % des consommateurs français préfèrent payer ou acheter avec leurs appareils mobiles…

Bien que 57 % des consommateurs Français interrogés utilisent leurs appareils mobiles pour acheter ou payer en ligne, ils sont seulement 28 % des consommateurs Français interrogés à désigner ce dernier comme leur support de paiement ou d’achat en ligne préféré. Un chiffre nettement inférieur aux standards internationaux où en moyenne 43 % des consommateurs considèrent les appareils mobiles comme leur moyen de paiement et d’achat favori.

Plus de la moitié des marchands s’engagent sur le commerce mobile

Contrairement à la demande des consommateurs, l’étude révèle que les marchands français ont pour une grande part intégrés les enjeux du mCommerce. Ils sont 65 % à avoir optimisé leur site pour les paiements mobiles, soit 2 points de plus que la moyenne mondiale. Si l’on écoute ces commerçants, on note qu’en France, en moyenne aujourd’hui, ils réalisent 4 ventes en ligne sur 10 via le mobile. Les ventes de Mcommerce devraient augmenter de 20,6% cette année pour atteindre 20,44 milliards d’euros (24,1 milliards de dollars), ce qui laisse une marge de croissance supplémentaire. En 2019, les achats mobiles représenteront 34,7% des ventes en ligne du commerce électronique de détail, mais seulement 3,3% du total.

Les questions sur la sécurité des transactions sont les barrières principales à l’adoption du mCommerce par les consommateurs en France et dans les pays anglo-saxons …

Nous savons que la sécurité et la confiance sont des considérations importantes dans les décisions d’achat et le paiement en ligne, l’étude montre que le paiement mobile ne fait pas exception. Ainsi, plus d’un consommateur français sur deux (51 % des sondés) explique qu’il éviterait d’acheter ou de payer sur un appareil mobile pour des raisons de sécurité. Il est clair qu’il reste un travail de pédagogie et de réassurance à effectuer puisque d’autres marchés sont plus matures sur cet usage. L’étude souligne que c’est au Japon que cette préoccupation est la moins présente, ne concernant que 28 % des consommateurs locaux. A l’inverse, ce sont les pays anglo-saxons qui s’affirment comme les marchés les plus sensibles aux enjeux de sécurité lors d’un achat sur mobile. 64 % des consommateurs au Royaume-Uni, 63 % en Australie et 58 % aux États-Unis seraient, en fait, moins susceptibles d’adopter cette méthode en raison de problèmes de sécurité liés aux transactions.

C’est le premier enjeu des commerçants français dans leur démarche d’adoption.

Bien que 65% des entreprises françaises interrogées disent avoir optimisé leur plateforme pour le mCommerce, les marchands restent avant tout concentrés sur la sécurité de leur système informatique et technologique. En effet, seul un tiers des marchands interrogés en France le désignent comme l’enjeu principal pour leur développement. 18 % des marchands qui ne sont pas encore optimisés pour le mobile et qui n’ont pas l’intention d’optimiser leur plateforme prochainement désignent le risque pour leurs données commerciales comme un obstacle à l’optimisation du m-commerce.

Cet enjeu est pourtant primordial pour la croissance du secteur, et doit être pris en compte afin d’aider les commerçants à investir le mCommerce, en plein essor au niveau français.

Le commerce via les réseaux sociaux : Un nouvel usage qui se développe en France et doit faire ses preuves auprès des consommateurs. Les réseaux sociaux commencent à s’affirmer comme de nouveaux supports pour faire du shopping en ligne. Cette innovation d’usage convainc une partie des marchands français qui sont 41 % à l’adopter contre seulement 35 % au niveau mondial. Les consommateurs français en revanche sont un peu plus frileux puisque seulement 21 % d’entre eux achètent déjà via leurs réseaux sociaux contre 30 % au niveau mondial.

Le podium des réseaux sociaux les plus fréquemment utilisés par les consommateurs français pour réaliser des achats en ligne est composé dans l’ordre par Facebook, Instagram et Snapchat. Facebook affirme sa domination avec 14 % des consommateurs interrogés qui déclarent avoir acheté sur le réseau social au cours des 6 derniers mois.

Autres tendances

La principale raison de l’abandon de l’achat sur téléphone provient du fait que les commerçants n’offrent pas la méthode de paiement préférée de leurs clients. En effet, 21 % des consommateurs interrogés dans le monde[ ont abandonné un achat parce que leur mode de paiement préféré n’était pas disponible. Le moyen de paiement le plus couramment utilisé par les acheteurs mobiles est PayPal, avec 53% des transactions mondiales en moyenne, suivi par les cartes de crédit, qui ont été citées par 44% des consommateurs interrogés.

Les femmes en tête dans l’adoption du commerce mobile : Les femmes sont en avance sur les hommes dans l’adoption du commerce sur mobile. 48 % d’entre elles préfèrent faire leurs achats en ligne via un appareil mobile alors que ce chiffre ne dépasse pas les 39 % chez les hommes au niveau mondial.

L’enquête menée dans 11 pays auprès d’environ 22 000 consommateurs et 4 000 entreprises interrogés a porté sur la façon dont les gens font leurs achats et leurs ventes en ligne. En France, le groupe de répondants comprenait 2 000 consommateurs âgés de 18 à 74 ans qui possédaient ou utilisaient un smartphone et plus de 300 influenceurs ou décideurs d’affaires qui vendent ou acceptent des paiements en ligne.