Business

La vision originale de Steve Jobs pour l’iPhone, les progressive web app

Par le

Alors que Google et l’équipe de Chrome ont inventé le terme PWA (progressive web app), l’idée était initialement disponible sur le système d’exploitation de l’iPhone 1. Rappelez-vous, en 2007, lorsque Apple avait annoncé aux développeurs que pour développer sur iPhone, il leur fallait créer des applications Web pour Safari sans SDK ! Les applications Web 2.0 avec Ajax ressemblent et se comportent alors exactement comme les applications.

L’App Store ne figurait pas sur la feuille de route d’origine et le SDK natif n’était pas disponible au cours de la première année d’utilisation de l’appareil. L’App Store est venu plus tard et apparemment en réaction aux jailbreakers et aux réactions des développeurs. Du point de vue d’Apple, même aujourd’hui, les PWA ne sont que des «applications Web de l’écran d’accueil», et l’icône est désignée par le terme WebClip.

Dans la biographie de Steve Jobs par Walter Isaacson, il est raconté que c’est un membre du conseil d’administration d’Apple, Art Levinson qui était parmi ceux qui militaient pour l’ouverture des apps “je l’ai appelé (Steve Jobs) une demi-douzaine de fois pour vanter le potentiel des applications”. Le directeur Marketing Phil Schiller était d’accord :“je n’arrivais pas à croire qu’on ait crée un produit aussi puissant que l’iPhone et qu’on ne donne pas aux développeurs de tous horizons l’opportunité de créer une foule d’apps. Je savais que les consommateurs allaient les adorer.” Au début Steve Jobs balaya toute discussion en partie parce qu’il avait le sentiment que son équipe n’était pas capable d’appréhender toute la complexité de cette politique d’ouverture. Il aura fallu plusieurs réunions pour que la machine des applications soit lancé : l’App Store pour iPhone ouvrit ses portes sur iTunes en Juillet 2008, 9 mois plus tard, un milliard d’apps avaient été téléchargées…

Lors d’un entretien en 2010 avec Walt Mossberg, le chroniqueur du Wall Street Journal, Steve Jobs a dit que les opérateurs contrôlaient tout, y compris la conception des téléphones portables, soulignant qu’il n’existait pas de moyen facile pour un homme dans sa chambre de créer des programmes pour mobile et les distribuer facilement. “Well it wasn’t like this. Now it’s huge. And also, when you bought a phone the carrier dictated what you had on the phone. iPhone was the first phone where we said you worry about the network, we’ll worry about the phone.”

Quelques années plus tard, d’autres plateformes ont cloné l’idée des web apps, notamment le navigateur MeeGo sur Nokia N9, puis Chrome sur Android.

Retour aux sources mais forcé…

Avec iOS 11.3 (marche avec iOS 12), Apple a silencieusement ajouté la prise en charge de l’ensemble des base des Applications Web progressives” (PWA).

La PWA ne s’exécutera que sous le modèle de sécurité et d’exécution du navigateur ou de la plate-forme Web, comme celui de Twitter lite. Cela signifie que vous pouvez «publier» des applications qui ne sont pas approuvées dans le store, telles qu’une application interne pour les employés de votre entreprise. Mais vous ne pourrait pas accéder à des fonctionnalités natives pures, telles que Face ID ou ARKit pour la réalité augmentée. Ou du moins, vous devrait attendre que la plate-forme Web prenne en compte ces nouvelles fonctionnalités.Le PWA peut fonctionner dans Safari en tant que site Web ou en mode autonome, comme toute autre application du système.

Malgré le fait qu’iOS ne prend pas en charge l’intégralité des fonctionnalités des applications Web progressives, il est intéressant de noter que ces applications  fonctionnent mieux sur iOS que les sites qu’elles remplacent. AliExpress a enregistré une augmentation de 82% de la conversion iOS après le passage à une application PWA. C’est une augmentation plus faible que celle observée pour tous les navigateurs (104%), mais la plupart des entreprises accepteraient avec joie une augmentation de 82% du taux de conversion. Le Washington Post a constaté une augmentation de près de 5 fois l’engagement des utilisateurs.

Comment savoir si le site site web dans Safari est une PWA ?

C’est un défi sur iOS car il n’y aura pas d’invitations ou d’invitations de Safari. L’utilisateur doit donc accéder à votre URL PWA dans Safari, puis appuyer manuellement sur l’icône Partager, puis sur “Ajouter à l’écran d’accueil”. Rien n’indique qu’un site Web que vous visitez est un PWA.

Vous pouvez en retrouver plusieurs ici : https://pwa.bar/

Capacités des PWA sur iOS
– Géolocalisation
– Capteurs (magnétomètre, accéléromètre, gyroscope)
– Caméra
– Sortie audio
– Synthèse vocale (avec les casques connectés uniquement)
– Apple Pay
– WebAssembly, WebRTC, WebGL…

Quelques limitations par rapport aux applications iOS natives
– L’application peut stocker des données et des fichiers hors connexion jusqu’à 50 Mo.
– Pas de notifications push, pas d’intégration Siri,
– Parfois pas d’icône, Votre icône Android peut sembler bizarre sur iOS car Apple ne prend pas en charge les icônes transparentes
– Si l’utilisateur n’utilise pas l’application pendant quelques semaines, iOS libérera les fichiers de l’application. – L’icône sera toujours là sur l’écran d’accueil, et lorsque vous y accéderez, l’application sera téléchargée à nouveau.
– Pas d’accès à certaines fonctionnalités, telles que Bluetooth, série, balises, ID tactile, ID de visage, ARKit, capteur altimètre, informations sur la batterie
– Pas d’accès pour exécuter du code en arrière-plan
– Pas d’accès aux informations privées (contacts, emplacement d’arrière-plan) et également pas d’accès aux applications sociales natives
– Pas d’accès à In App Payments et à beaucoup d’autres services basés sur Apple
– Pas moyen de verrouiller l’orientation de votre PWA

À lire :
Progressive Web Apps on iOS are here
I built a PWA and published it in 3 app stores. Here’s what I learned.
Building the Progressive Web App OS
Les meilleurs frameworks et outils permettant de créer des Progressive Web App

Safari Vs Chrome pour les PWA