Disruptif

La surveillance par capteurs augmente, on fait quoi ?

Par le

Nous savons depuis des années que les téléphones que nous aimons peuvent enregistrer également nos emplacements, nos visages et nos empreintes digitales. Et nous avons compris que ces mêmes capteurs qui répondent à nos besoins individuels pourraient aussi, théoriquement, être utilisés pour nous surveiller. il est de plus en plus clair que les choses sont entrain de passer de la théorie à la réalité, comme le soulignent deux rapports du New York Times.

Un article explique comment l’application de la loi aux États-Unis utilise une multitude de données de localisation rassemblées par Google, Sensorvault, qui permettent de retrouver des suspects et des témoins d’actes criminels. Selon les employés de Google, Sensorvault inclut des enregistrements de localisation détaillés impliquant au moins des centaines de millions d’appareils dans le monde.

L’autre article décrit la façon dont la Chine utilise la reconnaissance faciale pour identifier et prendre des mesures contre la population Ouïghours musulmane. La technologie basé sur l’IA, qui utilise des caméras de surveillance dans des lieux publics plutôt que des téléphones, suit les membres de la population minoritaire non seulement dans leur province d’origine, mais également lorsqu’ils voyagent dans d’autres régions chinoises. Utiliser des algorithmes pour étiqueter les personnes en fonction de la race ou de l’ethnie est devenu relativement facile écrit le NYT. Mais la Chine a innové en identifiant un groupe ethnique !!

SenseTime et CloudWalk font partie des sociétés chinoises d’intelligence artificielle responsables du logiciel. Ce qui est inquiétant c’est que ces même entreprises travaillent avec les constructeurs de smartphone. Le cofondateur et PDG, Xu Li, a prononcé un discours lors de la conférence OPPO Developers Conference 2018, démontrant comment l’IA dominera et renforcera le développement futur du smartphone ! La société travaille aussi avec OnePlus. la technologie de reconnaissance faciale mise au point par SenseTime fait son apparition en matière de surveillance dans toute l’Afrique, le Golfe et, à présent, en Europe, cela semble incroyable !

Parmi les 11 startups en intelligence artificielle qui peuvent prétendre à être une licorne, SenseTime et Face ++ sont les deux sociétés les mieux financées, toutes deux originaires de Chine et axées sur la reconnaissance faciale.

Google a commencé depuis quelques années à construire la prochaine phase de son activité publicitaire autour de sa capacité à suivre la localisation des utilisateurs en temps réel. Le géant renforce les annonces diffusées via son application de navigation en temps réel, Waze. Waze a annoncé le mois dernier son partenariat avec le géant de la publicité WPP (via son groupe d’achat d’annonces, GroupM) afin d’aider Waze à développer de nouveaux formats d’annonce. Waze souhaite vendre des publicités qui tentent de convaincre les conducteurs de modifier leurs itinéraires en utilisant des éléments tels que des “épingles de marque” qui guideraient les conducteurs vers des magasins ou des restaurants à proximité.

Rajas Moonka, directeur Product Management pour Google Maps, a déclaré à Bloomberg la semaine dernière : “Nous voulons être en mesure de mettre en valeur les choses qui vous entourent et de les afficher près de vous de manière à ne pas perturber votre expérience.” Pourquoi est-ce important ? Ces données peuvent être utilisées à des fins que certains pourraient identifier comme étant bonnes et que d’autres pourraient trouver inacceptables. Mais la data est très certainement déjà utilisé, et cela de plus en plus largement, alors que nos systèmes juridiques et notre compréhension personnelle sont très en retard.

Même si la technologie de reconnaissance faciale devient plus répandue, le public ignore en grande partie la précision de ces systèmes et la mesure dans laquelle les services répressifs utilisent des correspondances de reconnaissance faciale pour justifier des actions telles que l’ouverture d’enquêtes et la réalisation d’arrestations. Aux US, Le FBI supervise un programme massif qui effectue en moyenne plus de 4 000 scans de reconnaissance faciale par mois. Amazon a présenté sa technologie de reconnaissance faciale à Immigration and Customs Enforcement, l’été dernier !

Selon le Financial Times, Axon l’un des principaux fournisseurs de caméras pour le corps pour la police, a déposé un brevet en 2017 qui est toujours en attente d’approbation. Ce brevet concerne un logiciel d’analyse vidéo en temps réel utilisant la reconnaissance faciale. Axon affirme que sa technologie peut deviner la race, l’âge et le sexe d’une personne en mesurant les caractéristiques faciales, notamment la longueur du nez, l’espacement des yeux, etc.