Commerce

La stratégie de la Chine dans l’e(M)-commerce !

Par le

Bien que le commerce électronique en Chine soit toujours prêt pour la croissance, les géants de l’internet du pays s’orientent vers un nouveau modèle, ce que le président d’Alibaba, Jack Ma, appelle «New Retail» – une intégration du monde en ligne avec le monde hors ligne qu’il était censé cannibaliser, qui est ensuite augmenté avec des données. Actuellement, ce sont Les entreprises comme Alibaba, Tencent, JD qui disposent du plus grand nombre de données sur le comportement des consommateurs !

La direction

Online-to-Offline (O2O) est l’un des mots à la mode les plus utilisés en Chine aujourd’hui. Sur les marchés occidentaux, O2O désigne les articles “click-and-collect” des produits achetés en ligne et ramassés dans un magasin physique. La Chine est-elle le chef de file mondial en matière d’innovation et d’adoption d’O2O ?

L’usage

Les consommateurs chinois interagissent de plus en plus avec les marques sur Internet, 72% d’entre eux étant en ligne tout au long de la journée, selon Epsilon. Cependant, 40% des consommateurs préfèrent interagir avec une marque dans un magasin, ce qui en fait le point le plus populaire et l’un des points de contact les plus efficaces pour se connecter en ligne afin de créer une relation durable et engageante. Les utilisateurs les plus fervents des services O2O en Chine sont les Millennials. Ce sont les consommateurs qui possèdent le plus grand nombre de smartphones, qui ont le plus adopté de nouvelles technologies, qui ont les revenus les plus élevés et qui sont les plus disposés à dépenser et à consommer

Acte 1 > les investissements

Il y a quelques mois le géant du commerce en ligne Alibaba avait dépensé 2,87 milliards de dollars dans une participation de 36,16% dans Sunart Retail Group, le plus important opérateur hypermarché en Chine. La marque a déployé sa plate-forme gratuite Ling Shou Tong, qui aide les magasins à gérer leurs stocks. Les supermarchés Hema sont toutefois au cœur de la révolution de la nouvelle distribution d’Alibaba. Lancé en 2015, la marque accepte les paiements via Alipay, possède une application pour la recherche et la recommandation de produits, utilise les données pour personnaliser les services et construit également un centre de distribution pour acheminer les courses vers les foyers dans un rayon de 30 km. (La société ambitionne d’ouvrir 2 000 magasins Hema dans toute la Chine d’ici trois à cinq ans)

Alibaba reste unique dans sa stratégie consistant à utiliser les millions de magasins familiaux desservant souvent des populations, comme celles des zones rurales, qu’elle n’a pas encore atteintes via ses plateformes en ligne.“We’re working to make the net in the sky and the net on the ground,” Alibaba chief executive Daniel Zhang

Pendant ce temps, Tencent mieux connue pour ses jeux et ses plateformes de médias sociaux, telle que l’application de messagerie WeChat, totalement conquérante s’est lancée dans le projet de O2O avec ses propres investissements et partenariats. En décembre, la société a investi 636 millions de dollars pour une participation de 5% dans Yonghui Superstores. Cette décision a été suivie le mois suivant par l’annonce du projet de prise de participation dans la division chinoise de la chaîne française Carrefour. En mai, le supermarché a ouvert à Shanghai son premier magasin de haute technologie, proposant des caisses sans caisses soutenues par WeChat Pay de Tencent.

JD.com a également rejoint la mêlée en annonçant, en décembre, son intention de créer des magasins de proximité sans personnel dans tout le pays, en partenariat avec China Overseas Land & Investment. La société de commerce électronique prévoit d’ouvrir 1 million de magasins de ce type d’ici 2021, la logistique étant gérée par la plate-forme de JD.

Acte 2 > L’expérience sur mobile : l’achat ON/OFF line

La confiance des consommateurs dans le commerce électronique est déjà extrêmement élevée en Chine comparée à celle de la plupart des autres pays. Les grandes plates-formes de commerce électronique cherchent donc de nouveaux canaux pour amener les consommateurs à dépenser de l’argent, mais aussi à augmenter le montant de leurs dépenses uniquement en ligne ce qui est difficile. Les paiements mobiles deviennent omniprésents en Chine, il est possible d’offrir une expérience d’achat en ligne hors ligne convaincante qui ajoute de la valeur pour le consommateur. Le nombre d’utilisateurs qui paient dans les magasins avec leur smartphone devrait atteindre 332,3 millions en 2020, contre 63,1 millions en 2014, selon eMarketer. Mais il ne faut pas oublier que ces magasins peuvent également jouer sur les nouvelles préférences des consommateurs.

L’entonnoir de la décision démarre sur internet mais aussi dans des magasins éphémères où un consommateur peut regarder une variété de produits et recevoir ensuite des recommandations pour des achats supplémentaires en ligne basés sur ce qu’il a acheté dans le passé ou ce que des personnes similaires ont acheté. Le consommateur passe la moitié du temps à chercher et à regarder en ligne, et l’autre moitié à visiter et à expérimenter. Ainsi, que vous commenciez avec une entreprise en ligne ou hors ligne, vous devez capter leur attention.

Mais pour le moment, ce processus de décision est encore très fragmenté, les consommateurs passant encore d’une plateforme à l’autre. Il est facile de rendre attirant une expérience d’achat numérique, mais la réalité est que de nombreuses technologies peuvent échouer. Les entreprises doivent donc s’assurer qu’elles éliminent le plus possible les frictions du processus d’achat. C’est certainement une menace pour les commerçants traditionnels, mais ce que nous devrions voir, c’est que ces grandes entreprises vont commencer à proposer des solutions de données et de matériel / logiciel aux acteurs traditionnels.

L’application interne des magasins Hema cité plus haut fournit aux propriétaires de magasin des recommandations, basées sur des analyses de vente, sur ce qu’il faut acheter et comment afficher les produits dans leurs magasins. En arrière-plan, il utilise les activités de cloud computing et de logistique d’Alibaba pour créer un système de gestion des stocks connecté numériquement. Les propriétaires de magasin peuvent également utiliser l’application pour passer des commandes, traitées par Alibaba et expédiées directement à partir de ses entrepôts, ce qui élimine le besoin d’intermédiaires.

La Chine

Bien que le taux de pénétration de l’Internet en Chine dépasse tout juste 50%, son ampleur signifie qu’il y a trois fois plus d’utilisateurs de smartphones et onze fois plus d’utilisateurs de services de paiement mobiles en Chine par rapport aux États-Unis. Les entreprises qui font du commerce électronique chinois ont adopté un modèle social, dans lequel leurs activités sont ancrées dans un pilier social qui favorise l’engagement et la croissance des utilisateurs. D’autres secteurs tels que les médias et l’éducation ont aussi intégré ces éléments sociaux dans leur modèle commercial.

Le succès ou l’échec dans le paysage Internet chinois dépend de l’autorité du gouvernement. En particulier la technologie financière :
– Sept 2017: échanges de cryptomonnaies interdites par le gouvernement.
– Décembre 2017: la banque centrale et la commission de réglementation de Chine resserrent les règles relatives au financement par Internet et au crédit en ligne entre homologues, éliminant ainsi les plus petits acteurs. Au cours des trois dernières années, le nombre d’entreprises de P2P est passé de 6 000 à 2 000.

Alibaba et JD dominent toujours, mais le commerce social est à la hausse. Au cours de la dernière année, Pinduoduo est devenu la 3ème plate-forme de commerce électronique la plus populaire en Chine.Lancé en 2015, Pinduoduo est une plateforme de commerce social qui permet aux utilisateurs de participer à des offres d’achat groupées. En deux ans et demi après le lancement de Pinduoduo, la valeur marchande brute de la société dépassait 15,6B $ ) – il a fallu a JD 10 ans, VIPshop 8 ans et Taobao 5 ans pour atteindre ce jalon.

Le commerce électronique remodèle les achats d’épicerie en Chine

Le marché chinois des produits d’épicerie en ligne devrait atteindre 30 milliards de dollars US cette année. De nouvelles formes d’épiceries en ligne et hors ligne ont vu le jour à travers la Chine.
– Le supermarché Hema d’Alibaba a été le fer de lance du nouveau magasin d’achats O2O en Chine.
– Il propose des achats et des paiements via une application mobile, des restaurants en magasin et sert également d’entrepôt avec un système de convoyeur au plafond.
– Hema exploitait 46 magasins dans 13 villes en mai 2018 et a récemment annoncé un service de livraison 24h / 24 pour ses magasins de Beijing et de Shanghai.
– Les magasins indépendants ont aidé Alibaba à gérer la logistique du Singles Day et ont joué un rôle important, selon les analystes, en faisant passer le chiffre d’affaires de l’entreprise à 25,3 milliards de dollars, soit une augmentation extraordinaire de 40% des ventes de Singles Day en 2016 et un nouveau record
– Tencent a beaucoup investi dans Super Species qui utilise un modèle hybride de «supermarché haut de gamme + restaurant d’aliments frais + O2O».
– JD a lancé son premier supermarché hors ligne de produits frais, appelé 7Fresh, à Beijing au début de janvier 2018.
– Le nouveau magasin a une superficie de 4 000 m2 et des chariots intelligents qui guident les clients dans les allées souhaitées.
– Il dispose d’étals de plats cuisinés, propose des aliments frais et assure une livraison dans un rayon de 5 km afin que les utilisateurs puissent faire leurs courses en 30 minutes.

Bulle ?

Tout le buzz autour de O2O a attiré beaucoup d’argent pour les startups chinoise. De nombreux commentateurs comparent l’hystérie O2O de la Chine à la bulle Internet de la fin des années 90 dans la Silicon Valley, où d’importantes quantités de liquidités ont été investies dans des modèles économiques non rentables. Les start-up chinois O2O utilisent leur capital d’investissement pour subventionner et inciter les consommateurs chinois à rejoindre ce service. Environ 7 à 11 milliards d’euros par an sont consacrés uniquement aux subventions.