Plateforme

Google interdira l’accès de Huawei à Android, les conséquences…

Par le

Présentation MWC19 de Huawei

Je ne pensais pas voir cela un jour ! Les guerres commerciales existent depuis toujours, bien souvent très éloignées du consommateur final, mais depuis quelques années les choses se rapprochent de plus en plus de nos choix de vie ! Entre la privacy, les datas, la localisation, la sécurité… Autant de domaines qui nécessite de prendre une décision, de faire un choix de plateforme ! Il n’y a pas si longtemps, on pouvait acheter un mobile parce qu’ils avaient des spécifications que nous aimions, un design qui nous convenait… Il se pourrait que dans quelques années on ne puisse plus le faire… L’histoire ci-dessous qui fait la une des médias depuis quelques jours n’est que le début d’un changement qui risque fort d’impacter toute une industrie, mais surtout des milliard d’utilisateurs !

Les activités grand public de Huawei ont subi un coup potentiellement dévastateur pour ses perspectives d’avenir après que le président des États-Unis a officiellement ajouté le constructeur à une liste d’entreprises avec lesquelles les entreprises américaines ne peuvent pas commercer sans obtenir une licence.

Huawei a été ajouté à la liste des entités interdites couvertes par l’urgence nationale US déclarée la semaine dernière, ce qui permet de pouvoir de réglementer le commerce pour protéger ostensiblement la sécurité nationale. Suite à l’ajout de Huawei à la liste, Google a interdit à Huawei de recevoir certaines mises à jour d’Android, annonçant qu’il “se conformait à l’ordre et en examinait les conséquences”, a rapporté la BBC .

Des fabricants américains de chipset, notamment Intel, Qualcomm et Broadcom, auraient également annoncé qu’ils cesseraient de fournir Huawei jusqu’à nouvel ordre. Le département américain du Commerce a par tout de même annoncé une exemption de trois mois permettant à Huawei de continuer à acheter des produits américains et à y accéder afin de maintenir les réseaux existants et de fournir des mises à jour logicielles pour les appareils existants, a déclaré Reuters .

L’exemption ne permettra pas à Huawei d’acheter des composants américains pour de nouveaux produits. Du côté positif pour Huawei, le Département du commerce a annoncé qu’il pourrait prolonger l’exemption au-delà des 90 jours initiaux.

Huawei s’est engagée à continuer à fournir des mises à jour de sécurité et des services après-vente pour ses appareils (comme le montre l’image ci-dessus envoyé sur les réseaux sociaux). Le fondateur et PDG de Huawei, Ren Zhengfei, a quant à lui adopté une positio n mesuré face à l’impact de l’interdiction, en informant les médias japonais que la croissance de la société “pourrait ralentir, mais légèrement”. Le constructeur anticipait cette interdiction depuis un certain temps et investissait dans la production de chipset propres au marché intérieur et mettait au point son propre système d’exploitation en préparation. Pour l’instant le géant a rejeté la perspective de la construction d’installations de fabrication aux États-Unis, même si le gouvernement le demande à Huawei. Intéressant aussi de lire que l’avance autour de la 5G de Huawei n’est pas rattrapable de suite et que les US ont sous estimé le géant….

Les options pour Huawei :

Je pense que cela va être plutôt compliqué pour Google que Huawei si la guerre s’intensifie, même si les services de Google sont très dominant dans les usages sur smartphone (Chrome, Gmail, Youtube…) c’est d’ailleurs là que l’on voit la dépendance à toutes ces plateformes ! Car les constructeurs Chinois majoritaires sur le marché y compris pour la fabrication de l’iPhone pourraient prendre des mesures aussi dur que celles qui viennent d’êtres prises. Faire un OS commun qui sorte Android !! Depuis des années c’est vrai les opérateurs ont essayé de le faire et ne n’ont pas réussi, souvent pour lutter contre Apple !

– Le géant a anticipé est possède plusieurs OS, y compris pour ses montres ! Huawei a abandonné le logiciel Wear OS, qui fonctionne normalement sur ses smartwatches, pour passer à son propre système d’exploitation open source LiteOS, ce qui à impact sur la batterie. Inconvénient, vous n’aurez aucun accès à des applications tierces, elle n’est pas équipé pour les paiements sans contact ! Il suffira d’un peu de temps pour déployer et prendre de nouvelles mesures avec des nouveaux partenaires qui pourront remplacer les services Google, une entreprise européenne, chinoise ! En tout cas, c’est une opportunité pour plusieurs marques d’être embarqué dans les smartphones qui sont dans le top 3 des constructeurs mondiaux.

À lire : Huawei, les ambitions du troisième de la classe !
Le groupe électronique chinois Huawei a enregistré une croissance de 50% au premier trimestre de 2019 et a livré 59,1 millions d’appareils. Ce succès du premier trimestre est presque à égalité avec les ventes de 60,5 millions d’unités déplacées du premier trimestre de 2018 de la société. Avec le marché des smartphones en baisse, Huawei n’est que l’un des trois constructeurs OEM à afficher l forme de croissance au premier trimestre 2019.

– Autre possibilité celle soulevée dans cette tribune par le fondateur de eFondation, Gael Duval qui travaille avec son équipe sur un nouvelle OS plus éthique ! Il rappelle dans la tribune qu’il existe une grande opportunité dans le monde du mobile pour bouleverser le marché et disposer d’un système d’exploitation mobile sans applications Google, notamment grâce aux applications Web progressives.

– Créer une Alliance comme Android l’a fait il y a 10 ans, entre l’Asie et l’Europe ! Mais j’ai bien peur que l’on ne soit pas prêt à cette opportunité… Selon un récent rapport Gartner, les téléphones ne fonctionnant pas sous Android ou iOS ne représentaient que 0,1% du marché mobile en 2017, soit environ 1,5 million d’appareils dans le monde.