Publié le 18 mai 2020.
Par Morgan Fromentin

Foxconn s’attend encore à des temps difficiles après un premier trimestre catastrophique

Publié le 18 mai 2020.
Par Morgan Fromentin
Foxconn

FoxconnCC

Les temps sont durs pour tout le monde à cause de la crise sanitaire et des mesures de confinement. Si certains peuvent reprendre leur activité, le retour à la normale prendra un temps certain. Foxconn devra lui aussi patienter encore...

Foxconn est le plus grand fabricant d’électronique du monde. Le géant avait pourtant lui aussi enregistré une énorme baisse de profit et une perte de revenus à deux chiffres pour ce premier trimestre 2020 marqué par la pandémie de Covid-19, les ralentissements de production et la baisse de la demande du grand public. Et le retour à la normale ne devrait pas arriver tout de suite.

Foxconn déplore un premier trimestre 2020 très difficile

Le profit net a plongé de 89% par rapport à la même période l’année précédente, tombant à 2,08 milliards de nouveaux dollars de Taïwan (64 millions d’euros). Une perte imputée à une nette baisse de la valeur de ses investissements en fonds propres et aux fluctuations des marchés étrangers. Les revenus, quant à eux, chutent de 12%, à 939 milliards de nouveaux dollars de Taïwan. Durant la présentation des résultats, le président Liu Young déclarait s’attendre à une amélioration progressive mais prévoit encore une baisse, à un seul chiffre cette fois, par rapport à l’année précédente.

Avec les restrictions mises en place contre le Covid-19 et l’augmentation du chômage, qui a largement impacté la demande du grand public, les revenus de sa division dédiée aux produits grand public devraient plonger de 15%. Le travail à distance et la demande de contenu en ligne pour le divertissement ont donné à Foxconn “un certain nombre de nouveaux leviers de croissance”, notamment dans les produits cloud. Ses divisions entreprise, computing et composants devraient quant à elles perdre au moins 10%.

à cause de la crise sanitaire mondiale

Le directeur financier David Wong déclarait que le nombre d’heures travaillées avaient chuté de plus de 20% mais que les efforts de reprise entamée début Mars avaient aidé à limiter la casse. Les opérations en Chine ont repris leur cours normal avant la fin du Mois de Mars, légèrement en avance sur le planning initial. Elles devraient reprendre en Inde dès que le gouvernement donne son autorisation.

Lire aussi