Business

Facebook travaille sur un assistant vocal

Par le

Reuters / Dado Ruvic

Facebook ne pouvait rester en dehors de ce marché de l’assistant vocal mais il arrive tard dans la bataille ! Selon eMarketer, Amazon et Google sont bien en avance sur le marché des haut-parleurs intelligents, avec respectivement 67% et 30% des parts aux États-Unis en 2018. En 2015, Facebook avait publié un assistant d’intelligence artificielle pour son application Messenger, appelée M. Il était censé aider les utilisateurs avec des suggestions intelligentes, mais le projet a été arrêté l’année dernière .

Facebook a aussi commencé à vendre son appareil de chat vidéo Portal qui permet aux utilisateurs de passer des appels vidéo via Facebook Messenger. Les utilisateurs peuvent dire «Hey Portal» pour lancer des commandes très simples, mais l’appareil est également équipé de l’assistant Alexa d’Amazon pour gérer des tâches plus complexes.

La société travaille sur cette nouvelle initiative depuis le début de 2018. L’effort provient de son lab de réalité augmentée et de réalité virtuelle, une division qui travaille sur le matériel, y compris les casques de réalité virtuelle Oculus de la société. Cette équipe a contacté des fournisseurs de la chaîne d’approvisionnement des haut-parleurs intelligents, selon deux personnes familières du dossier, rapporté par CNBC.

On ne sait pas exactement comment Facebook envisage d’utiliser un assistant, mais il pourrait potentiellement être utilisé sur les haut-parleurs intelligents autour du chat vidéo du portail, mais aussi pour piloter les casques Oculus ou d’autres projets futurs.

Sécurité

On imagine que Facebook devra faire des efforts important pour convaincre et offrir une privacy sur ce sujet de la voix quand on connait les derniers scandale autour du géant ! Une étude réalisée par Opinion Way, publiée en avril 2018, montre ainsi que 47 % des Français interrogés craignent de se faire pirater leurs données. 42 % redoutent de ne pas maîtriser leurs données. Tout aussi révélateur : un tiers d’entre eux ne supporterait pas d’avoir le sentiment d’être écouté en permanence. Et ils ont raison de se méfier !!

Depuis 2 annonces importantes montre que le cadre n’existe pas malgré les efforts de vouloir réglementer les services.

– Récemment, une traductrice pour Cortana, l’assistante vocale du célèbre moteur de recherche américain, a ainsi révélé certaines actions réalisées par le smart speaker. Souvent, Cortana enregistrait de façon non sollicitée, raconte la travailleuse indépendante, qui affirme n’avoir signé aucune clause de confidentialité. « Je ne sais pas pourquoi elle se déclenchait, mais on avait des conversations qui n’étaient pas censées être enregistrées à la base. Des gens qui discutaient dans leur voiture avec leurs enfants, à table… ou aux toilettes ! Elle ajoute : « Les transcriptions étaient découpées en petites pistes et elles étaient anonymes pour les transcripteurs. Mais il y avait des détails qui passaient : des noms, des numéros de sécurité sociale… » Un témoignage qui montre que les conversations peuvent être épiées à l’insu des utilisateurs.

– Amazon a confirmé que des employés écoutent et analysent ce que son enceinte connectée a entendu !