Connect

Ericsson, en ordre de marche pour monétiser la numérisation de l’industrie avec la 5G

Par le

Selon le rapport d’Ericsson sur la mobilité, le nombre de connexions IoT cellulaires devrait atteindre 4,1 milliards en 2024, avec un taux de croissance annuel de 27 %. La 5G devrait jouer un rôle majeur dans la numérisation de l’industrie. Le potentiel commercial de la 5G montre qu’il s’agit d’une opportunité de chiffre d’affaires de 619 milliards USD pour les opérateurs de télécommunications à l’horizon 2026.

Le graphique ci-dessous illustre les revenus potentiels des opérateurs via la numérisation de l’industrie avec la 5G en 2026. Les trois rôles principaux de l’opérateur en ce qui concerne générer des revenus grâce à la numérisation de l’industrie 5G ont été identifiés comme suit :

– Les développeurs de réseaux excellent dans l’exploitation de réseaux les infrastructures, y compris l’accès, le noyau et le transport à travers de puissants outils informatiques pour aider les consommateurs et les entreprises à avoir une connectivité sur mesure des solutions qui maximisent les activités du numérique.
– Les facilitateurs de service, en plus de renforcer la connectivité. Il faudra fournir des plateformes numériques sur lesquelles les entreprises peuvent facilement configurer et intégrer des capacités numériques valorisantes dans leurs processus d’affaires de manière automatisée.
– Les créateurs de services créent de nouveaux services numériques, construisent entreprises innovantes et collaborent au-delà des télécoms a mettre en place de nouveaux systèmes de valeurs numériques, en plus de fournir des plateformes numériques et des services d’infrastructure.

Ericsson a dévoilé  les prochaines étapes de l’évolution de l’IoT cellulaire et lance de nouvelles solutions.Ericsson présente l’évolution de l’IoT cellulaire dans quatre segments de marché :

– l’IoT massif (suivi des actifs ou les compteurs intelligents)
– le Broadband IoT (systèmes d’info-divertissement embarqués dans une voiture, réalité améliorée/virtuelle, drones, accessoires connectés, etc.) englobe la détection des drones et le contrôle des liaisons, le découpage (slicing) des réseaux d’accès radio (RAN), la gestion avancée des groupes d’abonnés et le LTE multi-gigabit pour les débits de données de 2 Gbit/s avec une latence d’environ 10 millisecondes.
– l’IoT critique (véhicules autonomes)
– l’IoT Automatisation industrielle. (robotique collaborative dans le secteur de la fabrication, par exemple).

Conformément à sa stratégie en matière d’IoT cellulaire, Ericsson prévoit de lancer des fonctionnalités améliorées pour l’IoT Massif et de nouvelles solutions Broadband IoT. L’une des améliorations prévues pour l’IoT Massif est l’initiative NB-IoT Extended Cell Range 100 km, qui étend la limite des normes actuelles d’environ 40 km à 100 km par le biais de mises à jour logicielles sans modification des appareils NB-IoT existants. Cela ouvre des opportunités considérables en ce qui concerne la connectivité IoT dans les zones rurales ou reculées, en particulier dans la logistique, l’agriculture et la surveillance environnementale. Pour déployer des connexions de données NB-IoT jusqu’à 100 km, Ericsson s’est associé à Telstra et DISH.

Chacune des 5 industries ci-dessous identifiées est confrontée à de nombreux défis en raison de tendances qui pourraient être corrigées avec l’adoption de la numérisation 5G.