Business

Doctolib, une position de leader dans le top d’applications médicales

Par le

illustration : Simon Ang

Alors que la livraison de repas et le secteur bancaire ont révolutionné notre manière de consommer et de gérer notre argent grâce aux applis mobiles, App Annie, se penche sur l’explosion des applications médicales dans le monde et comment les consommateurs choisissent le mobile pour gérer leur santé.

Les français ont téléchargé près de 40% d’applis médicales de plus qu’en 2016

Les téléchargements mondiaux d’applis médicales sont passés à plus de 400 millions en 2018, soit une hausse de 15 % par rapport aux deux années précédentes, ce qui témoigne de l’engouement pour la gestion des dossiers médicaux, des ordonnances et des rendez-vous à partir de la facilité d’un smartphone. La croissance des téléchargements médicaux provient à la fois des marchés matures comme les États-Unis, le Royaume-Uni et la France avec respectivement 35 %, 40 % et 40 %, ainsi que des marchés émergents comme le Brésil, l’Inde et l’Indonésie avec respectivement 35 %, 65 % et 110 % de croissance.

En France, Doctolib a maintenu sa position de leader en termes de Top Applications Médicales par téléchargements tout au long de l’année 2018 et du 1er trimestre 2019. Lancé à Paris il y a cinq ans, elle emploie actuellement 750 personnes réparties dans 40 bureaux en France et en Allemagne. elle reçoit 30 millions de visites en ligne de patients chaque mois. Elle a levé 150 millions € ce qui la valorise à plus de 1 milliard €. Sa communauté de 75 000 médecins et 1 400 établissements de santé en France et en Allemagne.

Les français ont dépensé près de 160% de plus dans les applis de santé qu’en 2016

Les applications de santé et d’entraînement physique ont également connu une forte croissance en 2018, ce qui témoigne d’une tendance croissante des consommateurs à se tourner vers le mobile pour gérer leur santé, ou leur forme en général. Les dépenses mondiales des consommateurs dans les applis de santé et de remise en forme ont augmenté de 3x en 2018 par rapport à 2016.

Les consommateurs digitalisent de plus en plus leur santé et pour ce faire, l’appareil le plus utilisé est sans aucun doute le smartphone. Ces derniers ont l’embarras du choix car il existe des applications pour des maladies particulières comme par exemple diabète, pour les rendez-vous avec des spécialistes, l’évaluation numérique des médecins et même pour les heures de consultation numérique.

Comme dans le cas des services bancaires mobiles, les consommateurs montrent qu’ils font confiance aux applications mobiles pour leurs informations les plus sensibles et qu’ils sont prêts à les utiliser pour remplacer les tâches traditionnellement accomplies en personne, comme se rendre dans une agence bancaire ou, dans le cas des applications médicales, chez le médecin.

TELE-MEDECINE

les startups développant des applications médicales telles que les consultations à distance ont pris leur envol sur des marchés bénéficiant d’un fort soutien des pouvoirs publics un peu partout dans le monde. Ces plateformes pourraient faciliter des interactions plus efficaces entre le médecin et le patient, de la même manière que l’économie de partage a rendu l’alimentation et les transports plus accessibles. Les plates-formes de télé-médecine jouent un rôle dans le diagnostic précoce et l’intervention de certaines affections. Cela pourrait contribuer à de meilleurs résultats, des économies de coûts et des gains de productivité tels que la réduction des visites inutiles à la clinique ou à l’hôpital.

Rien que sur le marché américain, la télé-médecine devrait atteindre 64 milliards de dollars d’ici 2025 !