Disruptif

[CES 2019] Voiture autonome, conducteur, capteur et AI pour une sécurité optimale

Par le

Selon un article de Texas Instrument tous les conducteurs ont été surveillés de la sorte : un conjoint vous demande si vous avez besoin de faire une pause lorsque vous conduisez sur de longues distances, un ami vous demande si vous avez le droit de conduire ou un compagnon qui vous prévient d’un danger. Aussi utiles que puissent être vos compagnons pour vous alerter des obstacles ou des menaces potentielles, la surveillance du conducteur par une autre personne dans le véhicule est peu pratique. Néanmoins, c’est à ces moments de distraction que nous sommes enclins à commettre des erreurs critiques qui pourraient entraîner un accident.

Selon le rapport NCAP 2025 , environ 90% des accidents de la route annuels sont causés par une erreur humaine. Le rapport poursuit en ces termes: «En général, deux types d’erreurs peuvent être observés: les violations, parmi lesquelles les excès de vitesse et la conduite sous l’effet de l’alcool ou de drogues sont les plus courantes; et des «erreurs» humaines dans lesquelles l’état du conducteur – inattention, fatigue, distraction – et inexpérience joue un rôle important. Dans une société vieillissante, une incapacité médicale soudaine est également une cause croissante d’accidents de la route. »

Le constat : Les conducteurs, et le non-équipement des voitures, sont le point de défaillance le plus courant dans les accidents de la route, stimulant davantage de recherche et les initiatives de sécurité Euro NCAP afin d’éliminer les erreurs de conduite courantes.

Bien que des fonctions de fonctionnement des voitures semi-autonomes et voiture autonome puissent aider à réduire les erreurs du conducteur, des informations récentes ont montré que des conditions de route imprévisibles et des obstructions de la route (piétons à bicyclette, débris, etc.) contribuaient encore aux accidents de la route. Jusqu’à ce que les modes de conduite autonomes puissent surmonter ces inconnues, le conducteur doit rester dans la boucle de contrôle du véhicule.

Ce sont les promesses de Toyota sur le CES 2019, conducteur, capteur et AI pour une sécurité optimale de la voiture autonome. La marque souhaite amplifier le contrôle du conducteur : Ils gardent le contrôle à tout moment, mais le système embarqué peut anticiper et identifier un accident et réagir longtemps avant que cela ne se produise en prenant en charge les mécanismes de freinage et de direction du véhicule pour éviter cet incident.

Lire les informations sur les plateformes qui ont été présenté sur le CES 2019

Un système de surveillance du conducteur basé sur la vision (DMS) fournit un niveau important de rétroaction aux systèmes avancés d’assistance au conducteur (ADAS), aux unités de commande électroniques (ECU) et aux systèmes de conduite autonomes pour compenser et aider à corriger les erreurs courantes introduites par les conducteurs. Un exemple serait un scénario dans lequel le conducteur est distrait et le véhicule alerte le conducteur ou manœuvre pour éviter une collision.

DMS > Les solutions DMS sont composées d’une ou plusieurs caméras équipées d’illuminateurs infrarouges dirigés vers le conducteur; permettant aux images de qualité d’être capturées et traitées dans des conditions d’éclairage non optimales.

Un processeur automobile TDA3 peut transmettre des images de caméra à une unité informatique à une cadence de 20 à 60 images par seconde et exécuter des algorithmes de vision pour détecter la présence du conducteur et des marqueurs faciaux essentiels tels que l’ouverture oculaire et buccale, le regard et la position de la tête. La somnolence, par exemple, peut être détectée par la vitesse à laquelle les points entourant les yeux se déplacent de haut en bas ou par l’orientation de la tête; soit en haut, à droite ou incliné.

Comme l’algorithme de vision, collecte et analyse en permanence les principaux marqueurs faciaux, il génère des indicateurs perceptifs de l’état du conducteur, tels que le niveau de vigilance, la fatigue, la distraction, la zone de mise au point visuelle, etc. Ces indicateurs, analysés avec les calculateurs permettent de contrôler les manœuvres automatiques décisions de freinage pour minimiser ou réduire les collisions. De plus, des fonctions de conduite autonomes peuvent être désactivées ou activées en fonction de l’attention du conducteur.

DMS joue un rôle central en fournissant un retour d’information précis et en temps réel aux systèmes de contrôle et de direction du véhicule. L’efficacité et la précision avec lesquelles le retour d’informations DMS peut être traité nécessitent une plate-forme de calcul hautes performances.