Business

Bye bye, les années mobiles 2009-2019 !

Par le

Les années mobiles

Ce sera notre dernier post pour 2019 ! Nous ne savons pas prédire l’avenir par contre nous pouvons vous donner de l’information pour organiser votre stratégie présente. Il y a peu d’entreprises qui ont pris la mesure du changement qu’aller apporter le mobile ! La seule qui nous frappe, c’est Nike, pourquoi ? Elle illustre bien l’anticipation de cette marque à réussir, en comprenant l’impact qu’aller avoir le smartphone.

Le Nike + iPod a été annoncé en 2006, la marque devient alors, pionnier du sport connecté. En septembre 2010, Nike a publié l’application Nike + Running (initialement appelée Nike + GPS) sur l’ App Store. Elle permet de tracer son runing avec une puce à mettre dans sa chaussure, avec une application dans un premier temps sans coaching, mais avec un programme d’accompagnement, un plan d’entraînement et avec une dimension communautaire. Les accès étaient web et sur iPhone, gratuit, il fallait acheter les chaussures Nike !

[le Nike+ Run Club est la plus grande communauté de runners au monde, avec 6 millions de fans qui racontent leurs expériences, mettent en ligne des photos ou participent à des courses. – En 2016, 200 personnes sont chargées de la conception des applis mobiles chez Nike]

Plus tard Nike à été la première marque dés 2010 à fidéliser les clients par un service mobile dans une application ! Elle utilisait un moteur de suivi alimenté par MotionX qui ne nécessite pas de capteur de chaussure ou de podomètre séparé. Cette application fonctionne en utilisant l’accéléromètre et le GPS de l’iPhone et l’accéléromètre de l’iPod Touch, qui n’a pas de puce GPS.

Un cycle se termine

La personne moyenne touche son téléphone plus de 2 600 fois par jour. Il contient contacts, identifiants, données de paiement, vie sociale … À la fin de 2018, le temps quotidien moyen passé sur un appareil mobile avait bondi à 203 minutes.

En 10 ans il y a eu pas mal de changement ! Les années mobiles ont bien été présentes, la prochaine décennie sera axée sur les accessoires du smartphone : écouteur, lunette, montre, tv, bracelet, vêtement, voiture, vélo…. Le smartphone reste le hub, mais fera disparaître certains usages directs sur son écran !

Lorsque le premier iPhone d’Apple a été lancé sur le marché en 2007, tout le monde n’était pas convaincu qu’il supplanterait le téléphone à clapet. Lorsque le système logiciel Android de Google est arrivé un an plus tard, le Blackberry semblait encore avoir un bel avenir. Depuis 2010 les ventes de smartphone n’ont cessé de croitre jusqu’en 2017 ! Pour booster cette industrie, les écrans pliables ont débarqué en 2019 avec des acclamations et beaucoup de railleries. Mais alors que le Galaxy Fold de Samsung et le Mate X de Huawei peuvent être trop chers pour presque tout le monde, les entreprises connues pour fabriquer des téléphones plus abordables se mettent en marche. Le fabricant chinois Xiaomi devrait bientôt commercialiser un téléphone pliable, et les rapports suggèrent qu’il coûtera moins de 1000 $. Le concurrent OnePlus devrait également présenter un smartphone pliable au Consumer Electronics Show (CES) en janvier.

Il est tellement killer que personne n’aurait pensé que le smartphone allez tuer vraiment ! Rien qu’en 2018 aux États-Unis, 2628 accidents mortels ont impliqué un conducteur distrait, et parmi ces accidents mortels, environ 13% impliquaient l’utilisation d’un téléphone mobile. En France en 2019, on estime que cela représente 10% des accidents !

Aujourd’hui, environ 5 milliards de smartphones sont utilisés dans le monde, selon Canalys Research. Le nombre total d’abonnements Internet a grimpé à 7,2 milliards dans le monde, contre 1,3 milliard en 2010, la grande majorité d’entre eux étant des abonnements mobiles. L’explosion de la connectivité a été particulièrement explosif dans le monde en développement, où il y a désormais plus de connexions mobiles que de personnes.

Les cinq plus grandes sociétés technologiques du Fortune 500, Apple, Amazon, Google, Microsoft et Facebook, affichent actuellement une capitalisation boursière de 4,7 billions de dollars, contre environ 800 milliards de dollars pour les cinq premiers en 2010.Les valeurs technologiques sont sur le point de clôturer leur meilleure année depuis le rebond de la crise financière. Tout cela n’est pas dû au smartphone, bien sûr, mais les technologies et services liés au mobile ont représenté près de 4000 milliards de dollars en activité économique en 2018, selon la GSMA.

À lire : 10 ans de développement mobile by GSMA

Le monde des applications à résolument pris pied dans la vie de chacun, à tels point que nous prenions un taxi, commandions de la nourriture, jouions à un jeu, trouvions un emplacement, écoutions de la musique ou achetions à peu près n’importe quoi, il y a de fortes chances que nous le fassions avec une application pour smartphone qui n’existait pas en 2010. La plupart des applications les plus populaires sont gratuites, mais les consommateurs devraient toujours dépenser plus de 120 milliards de dollars dans les magasins d’applications en 2019, selon App Annie.

Le temps passé sur les applications de médias (changement majeur, ce n’est plus un réseau) sociaux consomme désormais 34 minutes de la journée de chaque adulte américain, selon Nielsen. Autre changement qui aura mis du temps, Les dépenses publicitaires sur mobile ont dépassé la télévision pour la première fois en 2018 en termes de part de pourcentage du marché américain, selon eMarketer. Ce qui à généré beaucoup de photos, Google rapporte que ses appareils Android prennent 93 millions de selfies chaque jour.

Alipay et WeChat pay, sont les deux grands services de paiement pour smartphones gagnant en Chine, ils ont atteint un taux d’adoption combiné de plus de 80% depuis leur lancement vers le début de la décennie, selon une étude de Bain. Le code QR est un pivot du service ! Nous qui en Europe n’avons pas su mettre en place durablement ce service au début de la décennie…

La privacy est un avantage concurrentiel de taille, Apple l’a compris avant tout le monde ! Pour les personnes soucieuses de la confidentialité, cependant, c’est un désastre dans bon nombres de services : les opérateurs, les médias sociaux et les développeurs d’applications enregistrent régulièrement les mouvements des abonnés et vendent ces données aux annonceurs, une entreprise de 20 milliards de dollars par an… Les données sont «anonymisées», mais comme de nombreuses études et une enquête récente du New York Times ont révélé qu’il est souvent simple d’identifier qui se trouve derrière le point sur la carte. Près de 50% des entreprises interrogées par Verizon cette année ont utilisé ou prévoyaient d’utiliser prochainement des outils de gestion des smartphones pour suivre leurs employés.

La voix et les SMS ont baissé sur tous les marchés, mais l’utilisation de données mobiles, quant à elle, a presque quintuplé entre 2013 et 2018. Le nombre d’émojis disponibles a presque triplé pour atteindre près de 3 000 depuis 2010 😂🤖🦸‍♂️🦄⌚️📱

Nous reviendrons année par année sur la décennie 2010/2020 de l’industrie du mobile début Janvier ! En attendant excellente fin d’année !