Startup

Après la FoodTech et la FinTech, place à la CareTech !

Par le

De nombreuses start-ups tentent de bousculer le secteur traditionnel des services à domicile. Les start-ups de la CareTech permettent de trouver en un clic l’intervenant idéal, le rémunérer et déclarer la prestation. A la clé, la création de centaines de milliers d’emplois et d’opportunités de compléments de revenu dans des domaines comme le petit bricolage, la garde d’enfants, le ménage ou l’aide à domicile, si toutefois le cadre réglementaire se modernise.

Commander son repas sur Deliveroo, sauter dans un Uber, planifier son prochain week-end sur Airbnb et s’y rendre en Blablacar… Pleinement rentrés dans les moeurs, ces usages prouvent que l’économie collaborative a déjà conquis tous les pans de nos vies. Et si on choisissait aussi facilement sa baby-sitter, femme de ménage ou bricoleur pour monter son meuble ? 6 start-ups françaises et européennes lancent ainsi la CareTech pour révolutionner l’accès aux services à domicile pour les particuliers :

 Frizbiz Helpling Needelp Stootie Yoopies  et YoupiJob

Lorsqu’il s’agit de trouver une personne pour nous aider dans le quotidien, la confiance est un enjeu de taille. Impossible de confier ses proches ou les clés de sa maison à un parfait inconnu. Grâce à la numérisation du bouche-à-oreille consistant à faire apparaître les avis de précédents employeurs, la vérification des profils et la couverture des prestations grâce à une assurance intégrée, les plateformes de la CareTech ont su relever le défi et garantissent à leurs clients de trouver une personne de confiance en bénéficiant de tarifs accessibles à tous. Grâce aux startups de la CareTech, ces services autrefois réservés aux ménages aisés se démocratisent.

La CareTech, source de revenus complémentaires pour les Français et de création d’emplois
Le vieillissement de la population, l’augmentation du taux d’activité des femmes, la fragmentation des structures familiales et l’aspiration à un meilleur équilibre vie personnelle – vie professionnelle convergent vers une demande accrue de services aux particuliers en France.

L’avènement des plateformes numériques de jobbing permet à des milliers de personnes de compléter leurs revenus en proposant quelques heures de prestations tous les mois et d’augmenter de manière substantielle leur niveau de vie. La CareTech permet également l’accès à l’activité professionnelle à une population souvent éloignée de l’emploi (jeunes, chômeurs de longue durée), à des salaires supérieurs à ceux du secteur sur tout le territoire. “L’enjeu est majeur pour l’emploi en France, car les métiers des services aux particuliers ne sont ni menacés par la robotisation, ni délocalisables” explique Benjamin Suchar, fondateur de Yoopies et porte-parole de la CareTech.

Un cadre réglementaire qui doit se moderniser

La CareTech travaille depuis plusieurs mois avec l’État pour intégrer automatiquement les démarches administratives (déclarations Cesu et Pajemploi) lors du paiement des prestations sur leurs sites et ainsi proposer une expérience simple et efficace. En passant par ces plateformes, les particuliers pourront facilement récupérer les nombreuses aides du secteur (crédit d’impôt, aides CAF, etc.) et auront ainsi de moins en moins d’intérêt à se tourner vers le marché noir, dans un secteur où plus de 50% des prestations ne sont pas déclarées. La collaboration des services Cesu et Pajemploi avec la CareTech est une première européenne.

La CareTech en quelques chiffres
Taux de croissance de l’activité des plateformes : supérieur à 100% par an
Nombre d’utilisateurs : environ 5 millions
Moyenne d’âge des plateformes : 5 ans
Des start-ups françaises ou européennes à fort succès : jusqu’à 14 pays et 3 continents couverts.