Plateforme

Apple, cap sur la monétisation des services !

Par le

La campagne de Spotify contre Apple et la réponse du géant ont rappelé à tous, l’importance de la monétisation sur les plateformes ! Et le marché à rappeler a tous les géants l’importance d’avoir des services utiles et utilisés pour monétiser ! Mais la clé de l’usage n’est pas suffisant ! Par exemple un certain nombre d’éditeurs ont déclaré que Apple News leur envoyait une augmentation significative de leur trafic au cours du dernier mois, mais que cela ne les aidait pas beaucoup à les monétiser. Ce soir, cela devrait changer Apple prévoit de présenter une application d’actualités rénovée qui comprend un niveau premium avec un accès à plus de 200 magazines, ainsi que des journaux. Il prévoit de facturer 9,99 $ pour le service et pense que le contenu d’actualités premium peut lever l’engagement sur ses appareils..

Avant l’événement spécial d’Apple prévu ce soir, la société a annoncé sans cérémonie des mises à jour de plusieurs produits majeurs par le biais de communiqués de presse : L’iMac, l’iPad Air, l’iPad mini et les AirPod ont tous fait l’objet de mises à niveau significatives, mais aucune d’entre elles ne semblait suffisamment importante pour le lancement de nouveaux services. Selon la rumeur, Apple va dévoiler des annonces pour son activité de services en plein essor.

Le secteur des services d’Apple a généré un chiffre d’affaires de 37 milliards de dollars au cours de son exercice 2018 (clos le 29 septembre 2018), ce qui en fait le deuxième plus gros contributeur au chiffre d’affaires derrière la vache à lait de la société, l’iPhone, représentant 63% du total des ventes.

La situation devient différente maintenant, avec Apple ouvrant une nouvelle voie vers les services et s’éloignant de son régime de revenus centré sur l’iPhone. Apple a cherché à s’éloigner des ventes unitaires d’iPhone pour se tourner vers sa base installée de 2 milliards d’appareils Apple dans le monde et cela depuis quelques années.

Avec Apple Music, Apple Pay, iTunes et l’App Store, ainsi que iCloud et Apple Care, le secteur des services d’Apple est devenu une véritable bête ces dernières années, passant de 16,1 milliards de dollars en 2013 à 37 milliards de dollars en 2018. Les ambitions de la société vont toutefois beaucoup plus loin, car les dirigeants d’Apple ont annoncé leur intention d’atteindre un objectif de 50 milliards de dollars de revenus de services d’ici 2021. L’ouverture des services sur d’autre plateformes a démarré ! Tim Cook a été intimement impliqué dans le pilotage du navire vers les services dès 2014 c’est ce que rapporte le Wall Street Journal dans un article ou il montre que Apple parie son avenir sur la télévision et l’actualité.

les utilisateurs d’abord, la monétisation ensuite

– Pour alimenter une immense croissance, la plateforme de paiement PayPal a pratiquement «acheté» sa propre base d’utilisateurs; payer 10 $ à ses utilisateurs pour s’inscrire et 10 $ de plus pour chaque référence. Effectivement, PayPal a fini par payer jusqu’à 20 $ pour chaque nouveau membre. Naturellement, cela est loin d’être durable, mais la stratégie a fonctionné : la base d’utilisateurs de PayPal a explosé, ainsi que le nombre de transactions effectuées par l’utilisation de la plate-forme. Cet exemple illustre la règle d’or des plateformes: les utilisateurs d’abord, la monétisation ensuite !

La monétisation d’une plateforme ne se fait tout simplement pas du jour au lendemain : ni les 188 millions d’utilisateurs de Snapchat, ni les 180 millions d’utilisateurs de Spotify n’ont généré de profit pour ces entreprises. Trois types différents de sources de revenus potentiels pouvant être monétisés : les utilisateurs (offre et/ou demande), l’interaction entre les utilisateurs et l’accès privilégié de l’opérateur de la plate-forme à l’ensemble des utilisateurs.

– L’ accès des utilisateurs est souvent monétisé au moyen de frais d’adhésion ou d’abonnement. Ce type de monétisation cause beaucoup de friction car il constitue en réalité un obstacle pour les utilisateurs. Cet accès devrait être scindé en accès du producteur et accès du consommateur
– L’ interaction entre les utilisateurs est généralement monétisée au moyen, par exemple, de frais de transaction ou de commission. Les frictions sont considérablement réduites, car les utilisateurs ne paient pas pour accéder à la plate-forme, mais seulement lorsqu’ils ont déjà effectué une transaction avec succès. (le cas de Airbnb.
– Enfin, l’accès premium de l’opérateur de plate-forme à l’ensemble des utilisateurs peut être monétisé. Même si la rentabilité peut être inférieure à celle d’autres sources de revenus, ce type de monétisation n’entraîne que des frictions minimes.

Le Joker, l’app store

La publicité in-app (IAA) et les achats intégrés (IAP) sont les modèles les plus lucratifs de monétisation d’applications. Les dépenses publicitaires liées aux annonces dans les applications se sont établies à 20 milliards de dollars, ce qui a permis à l’économie des applications de générer un chiffre d’affaires de 92,1 milliards de dollars. Le taux de commission actuel est de 30% pour Apple (Les frais de 30% s’appliquent uniquement au contenu et aux fonctionnalités livrés en tant qu’achat intégré à l’application.)

Google propose la fonctionnalité depuis peu “Rewarded Products” qui permettra aux développeurs Android de générer des revenus supplémentaires à partir de leurs applications. La nouvelle option permettra aux utilisateurs d’applications non payantes de contribuer aux revenus de l’application en sacrifiant de leur temps et non de l’argent. Le premier produit sera une vidéo, dans laquelle les utilisateurs pourront choisir de regarder une vidéo (Publicité) en échange de monnaie dans le jeu, de biens virtuels et d’autres avantages.