Opérateur

Appel à la création de plateformes d’expérimentation 5G

Par le

En France, l’Arcep a un rôle d’aiguillon pour préparer le déploiement de la 5G. Début 2018, elle a ouvert un guichet « pilotes 5G », qui offre du spectre pour tester le déploiement grandeur nature de pilotes 5G (ports, hôpitaux, routes connectées…) et anticiper les modèles économiques de demain.

L’Arcep lance un appel à la création de plateformes d’expérimentation 5G dans la bande de fréquences 26 GHz, ouvertes à des tiers. Leurs objectifs : favoriser l’appropriation par l’ensemble des acteurs des possibilités offertes par cette bande de fréquences et identifier les nouveaux usages permis par ces fréquences.

Cet appel s’adresse à la fois :

– aux acteurs qui souhaiteraient disposer de fréquences sur la bande 26 GHz pour établir des plateformes ouvertes d’expérimentation (réseaux 5G déployés à petite échelle), et ouvrir ces plateformes à des acteurs tiers ;
– aux acteurs qui souhaitent tester de nouveaux cas d’usages, toutes fréquences confondues : entreprises innovantes de technologies et de services, dont les start-up et les acteurs « verticaux » (santé, énergie, ville intelligente…).

Vous souhaitez tester un cas d’usage 5G ?
https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/usages-potentiels-de-la-5g

La bande 26 GHz, « terre inconnue » pour les réseaux mobiles

La 5G, prochaine génération de réseau mobile, promet un saut de performances technologiques qui ouvre la porte à de nombreux usages innovants dans des secteurs variés de l’économie. En particulier, les bandes de fréquences dites « millimétriques » devraient, grâce à leurs largeurs importantes, permettre des débits inégalés et des usages inédits.

Parmi elles, la bande 26 GHz a été identifiée en Europe par le Groupe pour la politique en matière de spectre radioélectrique (RSPG) comme bande “pionnière” pour la 5G. Le Gouvernement et l’Arcep souhaitent donc aujourd’hui y encourager les tests en situation réelle. Raison supplémentaire de multiplier ces tests : ces bandes millimétriques n’ont jusqu’à présent jamais été utilisées pour des réseaux mobiles.

Ces tests de cas d’usages doivent permettre de faire mûrir l’écosystème français avec un temps d’avance sur cette bande de fréquences. Ils apporteront un premier retour d’expérience pour identifier les types d’usages innovants.En contrepartie de l’ouverture de leurs infrastructures à des acteurs tiers, les « plateformes ouvertes d’expérimentation 5G » pourront bénéficier :

– d’une autorisation d’utilisation de fréquences en bande 26 GHz pour une durée pouvant aller jusqu’à 3 ans ;
– d’un bac à sable réglementaire, qui permet aux acteurs de tester leur innovation en s’affranchissant en partie du cadre réglementaire qui s’applique habituellement ;
– d’une mise en visibilité par le Gouvernement et l’Arcep aux niveaux national et international.

Feuille de route 5G du gouvernement :
https://www.economie.gouv.fr/5g-france-feuille-route-quatre-chantiers-prioritaires
Plan de bataille 5G de l’Arcep :
https://www.arcep.fr/la-regulation/grands-dossiers-reseaux-mobiles/la-5g.html