Business

5G made in China (中国), de l’imitateur à l’innovateur !

Par le

A qui appartient la 5G ? Aucun pays ou entreprise au monde ne peut monopoliser complètement la technologie 5G. Sa complexité nécessitera une coopération pour garantir la concurrence au sein d’écosystèmes innovants et distinctifs !!  Mais dans la première version de la norme 5G publiée en décembre 2017, plus de 30 postes clés étaient occupés par des Chinois. En novembre 2016, la technologie chinoise Code Polar, basée sur Huawei, un schéma de codage de canal de contrôle pour les applications 5G en haut débit mobile a été acceptée comme faisant partie d’une norme mondiale 5G !!

La Chine est plus grand marché émergent, la Chine a réalisé un développement remarquable de son secteur des communications mobiles au cours des deux dernières décennies. En février 2018, le nombre total d’utilisateurs de mobiles sur le marché chinois atteignait 1,44 milliard, dont 1,03 milliard d’utilisateurs 4G et près de 1,28 milliard d’utilisateurs de haut débit mobile.

La Chine a fait beaucoup de progrès en matière d’innovation mobile et envisage la 5G comme une opportunité en or en ce siècle pour les entreprises chinoises, qui revendiquent une plus grande part de la propriété intellectuelle derrière la norme universelle 5G afin d’améliorer son pouvoir de négociation eNvers les titulaires de brevets étrangers. Mais aussi avoir un impact sur la réductions des coûts pour les fabricants chinois d’équipements de télécommunication, les concepteurs de puces et d’autres sociétés. Il ne fait aucun doute que l’expérience de la Chine a des conséquences importantes pour d’autres marchés émergents (Inde, Afrique, Asie).

État

Depuis la création de China Unicom en 1994, les entreprises d’État chinoises ont subi une série de réformes visant à introduire la concurrence. Par exemple l’interconnexion et exigé entre les opérateurs pour éviter les constructions redondantes. Une réglementation asymétrique crée des conditions de concurrence équitables pour les nouveaux opérateurs. Un service universel existe qui est réglementé visant à améliorer la vitesse du réseau, à réduire les coûts et à supprimer les frais d’itinérance nationale mobile et de téléphonie longue distance.

En 2013, a été crée une plate-forme de recherche et développement autour des télécommunications mobiles internationales, elle a piloté des tests de R&D sur la technologie 5G qui ont été lancés dans le cadre d’une stratégie nationale globale.

Plusieurs programmes ont été créé pour atteindre les objectifs :
– National High-tech R&D Program (863 Program)
The 13th Five-Year Plan
One Belt One Road
Made in China 2025

La Chine est le deuxième marché mondial des TIC. Selon IDC, le marché chinois des TIC atteindra 844 milliards USD d’ici 2020. L’internet mobile, le cloud computing, les données volumineuses, la smartCity, la voiture autonome l’IoT La réalité virtuelle (VR), la réalité augmentée (RA) et l’intelligence artificielle (IA) sont les principales technologies émergentes que la Chine déploient avec de grands efforts.

Imiter l’innovation

Cette anecdote cadre bien avec ce désir de ne pas être en retard ! En novembre 2008 lors d’un study trip à Pekin chez les entrepreneurs chinois du mobile, nous avons été accueillis dans une entreprise de développement. Nous avions le G1 lancé par Google, lors de l’échange dans le bureau avec le CEO, il a fait venir une personne avec un bloc-notes, des crayons de bois super bien taillé 🙂 Il me demande de regarder le smartphone, puis le donne ensuite à cette personne, et elle va durant tout le long de notre conversation dessiner écran par écran, l’OS !! Peut-être que sans le savoir nous avons démarré les Fork 🙂

G1 China Mobile

1G : dans les années 1980, le TACS, qui fait partie du système mobile 1G, a été officiellement introduit à Guangdong, en Chine. Le téléphone ressemblait à une grosse brique et c’était trop cher à acheter pour la plupart comme en Europe :). Cependant, cela a stimulé le marché pour devenir un moteur du développement mobile de la Chine.

2G : la Chine a adopté la norme GSM. En 2003, le nombre d’utilisateurs mobiles en Chine atteignait plus de 2,3 millions. C’est en imitant cette innovation que les sociétés chinoises de production d’équipements, telles que HUAWEI et ZTE, ont commencé à mûrir. Mais il existait des inconvénients tels qu’une dépendance à l’égard de fabricants étrangers et une part de marché inférieure à 20% 🙂 Incroyable Non !

3G : C’était la première fois que le TD-SCDMA des entreprises chinoises devenait l’un des trois standards mondiaux (bien que moins matures que les autres). La TD a néanmoins constitué une avancée historique car les entreprises chinoises ont tiré des enseignements précieux, qui ont ouvert la voie au développement de la 4G et de la 5G.

4G : La TD-LTE a maintenu sa position parmi les normes internationales, mais avec la force de la plus grande base de clientèle nationale. En 2016, la Chine est devenue le plus grand réseau 4G au monde avec plus de 1,32 million de stations de base 4G, couvrant plus de 1,2 milliard de personnes. Elle a lancé un service d’itinérance 4G dans 126 pays et régions, avec une clientèle de près de 4,3 milliards de personnes.

5G : C’est ce que nous avons dit au départ, la Chine a fait beaucoup de progrès en matière d’innovation mobile et envisage la 5G comme une opportunité en or en ce siècle pour les entreprises chinoises. Un récent article de CNBC montre que le monde adopte un ensemble différent de normes et de principes communs reflétant les valeurs occidentales en matière de démocratie, de liberté d’expression et de vie privée. Les États-Unis se mesurent à la Chine dans la course à la suprématie technologique et la 5G fait partie intégrante de cet avenir.

Les opérateurs mobiles Chinois adhérent à ce concept, 4G changes lives, 5G changes society !!

À lire : Le business des fréquences mobiles

Normalisation internationale

Les entreprises chinoises participent activement à l’organisation internationale de normalisation que le 3GPP (collaboration entre groupes d’associations de normalisation des télécommunications) dirige actuellement pour la 5G. Dans la première version de la norme 5G publiée en décembre 2017, plus de 30 postes clés étaient occupés par des Chinois. En novembre 2016, a été la première fois, où une entreprise chinoise a signé un accord-cadre sur les télécommunications. les entreprises chinoises ne sont plus des spectateurs ou des imitateurs en 5G, mais plutôt une force concurrentielle et un innovateur clé. Il convient de mentionner que des sociétés telles que China Mobile, China Telecom, China Unicom, Zhongxing, HUAWEI et Datang Telecom jouent toutes un rôle dans la formulation standard 5G. Sur l’ensemble des propositions 5G soumises au 3GPP, 40% l’ont été par des entreprises de communication chinois.

Principales entreprises apportant une contribution technique à la norme 5G

Les entreprises chinoises détiennent un total de 3 400 brevets 5G – plus du tiers, selon la société d’analyse de données IPlytics -, dont 1 529 ont été enregistrés par Huawei – La Corée du Sud vient ensuite, avec ses sociétés détenant 2 051 brevets, tandis que les entreprises américaines en ont 1 368 ensemble.

Ecosystème d’innovation

Aucun pays ou entreprise au monde ne peut monopoliser complètement la technologie 5G. Sa complexité nécessitera une coopération pour garantir la concurrence au sein d’écosystèmes innovants distinctifs. Le développement de la Chine 5G nécessite non seulement la participation de nombreuses universités, opérateurs, instituts de recherche et fabricants, mais également une alliance internationale. Un écosystème d’innovation 5G basé sur ces principes est propice au progrès commun de l’industrie mondiale de la communication mobile.

De nombreuses entreprises ont entamé très tôt des recherches sur la 5G, par exemple Unisoc Technologies il y a cinq ans a construit une plate-forme technologique 5G, dont les propriétés intellectuelles et les algorithmes de semi-conducteurs permettent à Unisoc de développer des puces pour les smartphones 5G et les appareils IoT. Unisoc représente 40% du marché des puces pour téléphones mobiles en Inde et ses puces pour téléphones mobiles sont également largement utilisées en Afrique.

Les annoncent fusent car la China a pris une avance sans précédent !

La première ligne de production intelligente 5G basée en Chine qui utilise des bras robotiques pour souder et assembler des antennes de communication a été lancé cette semaine. Elle transmet son statut de fonctionnement en temps réel via des réseaux de cinquième génération, permettant ainsi le contrôle total via le cloud sans intervention humaine. L’usine est basé dans la ville de Wuhan, qui a été l’une des premières villes chinoises à tester les réseaux 5G. Elle a déjà construit 144 stations de base à la fin de l’année dernière. Elle prévoit d’en installer 2 000 autres cette année, avec un soutien de 149 millions $ de China Mobile. (La Chine est le plus grand marché de semi-conducteurs au monde)

À lire : 1er chirurgie cérébrale à distance au monde utilisant la technologie 5G

Le marché chinois de la 5G devrait être plus important que celui de l’Europe et des États-Unis: la Chine est en passe de devenir le plus grand marché de la 5G au monde d’ici 2025, selon un rapport de la GSMA.

Zone d’ombre

Il y a bien une guerre commercial mondial autour de la 5G, Les États-Unis se mesurent à la Chine dans la course à la suprématie technologique et la 5G fait partie intégrante de cet avenir. Mais pas que, de nombreux autre pays suivent les US, le japon, l’Australie… et aussi l’Inde !

Selon les estimations de Huawei, l’énorme population de l’Inde ferai de ce pays le deuxième marché le plus important en 5G dans environ 10 ans. La société est optimiste quant à sa participation aux essais de la 5G en Inde et à son intégration dans le déploiement à l’échelle du pays. Cependant, l’administration indienne serait réticente à l’idée de permettre à Huawei d’établir un réseau 5G dans le pays. Lors d’une récente offre de télécommunication impliquant la participation de Huawei et de Qualcomm, des responsables indiens ont manifesté leur intérêt de travailler avec Qualcomm même si le prix indiqué par la société était presque quatre fois supérieur à celui de Huawei !!

Est-ce que Huawei a mis des back doors dans son infrastructure ? La réponse du constructeur est Non ! Son fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, a déclaré que Huawei ne fournirait jamais d’informations sur ses clients au gouvernement Chinois.

Une chose est sur l’espionnage industriel existe depuis trés longtemps de la part de tous les pays ! Un rapport publié en 2017 par le représentant américain au commerce a conclu que le vol de la propriété intellectuelle américaine par la Chine coûtait actuellement entre 225 et 600 milliards de dollars par an. Huawei est actuellement sous le coup d’une inculpation pour vol de conceptions pour le robot de test de T-Mobile, «Tap- happy», qui est capable de modéliser le comportement réel des consommateurs !