Business

[Etude] Whats App, un atout pour la découverte et le partage des News !

Par le

WhatsApp devient l’une des façons dont les gens découvrent et discutent des nouvelles, selon une étude. Mais l’utilisation de l’application de messagerie semble varier considérablement d’un pays à l’autre. En Malaisie, plus de 50% des personnes interrogées ont déclaré avoir utilisé WhatsApp pour lire les news au moins une fois par semaine. Mais aux États-Unis, le chiffre n’était que de 3%, et au Royaume-Uni, il était de 5%.

La recherche a été menée par l’Institut Reuters pour l’étude du journalisme et a couvert 34 pays en Europe, aux Amériques et en Asie, en plus de Taiwan et de Hong Kong. Il a été parrainé par la BBC et Google, entre autres. Au total, 71 805 personnes ont été interrogées par YouGov en janvier et février pour générer les données.

Ci-dessous le pourcentage de personnes utilisant chaque service au moins une fois par semaine

Les résultats indiquent que Facebook reste le service de messagerie et de médias sociaux le plus populaire pour l’engagement de la lecture de news dans tous les pays sauf deux : le Japon et la Corée du Sud, où, respectivement, YouTube et Kakao Talk dominent. Mais l’utilisation de Facebook pour les news avait plongé dans plus de la moitié de tous les territoires où une comparaison d’une année à l’autre était possible. En revanche, le partage des news et le fait de discuter d’eux semblent être à la hausse dans les applications privées de messagerie instantanée, et WhatsApp en particulier.

Selon le rapport, WhatsApp est maintenant le deuxième service social le plus populaire pour les nouvelles dans neuf des 36 pays de l’étude et la troisième plate-forme la plus populaire dans cinq autres pays.

Ci-dessous le pourcentage de répondants utilisant WhatsApp pour des nouvelles sur une base hebdomadaire

Les auteurs fournissent plusieurs explications potentielles pour l’augmentation de l’usage des médias sur WhatsApp.

– Son utilisation du cryptage de bout en bout signifie que les messages ne peuvent être visibles que par leurs expéditeurs et destinataires, offrant aux utilisateurs une protection contre la surveillance par les autorités. Une partie de la plus grande croissance est dans des endroits comme la Turquie, où il est dangereux pour les gens d’exprimer leurs préférences anti-gouvernementales sur des réseaux ouverts comme Facebook, a expliqué un des auteurs de l’étude. En conséquence, les gens utilisent des groupes fermés où ils sont plus confiants d’exprimer leur point de vue.

– WhatsApp a également bénéficié du fait que, dans une grande partie de l’Amérique latine et ailleurs, les réseaux mobiles offrent une utilisation illimitée des données dans le cadre du programme, ce qui favorise son utilisation. En outre, plusieurs médias espagnols et chiliens ont adopté l’application. Les stations de radio demandent généralement aux auditeurs d’envoyer des enregistrements vocaux courts via le service mobile, et les sites locaux d’actualité ont ajouté des boutons partage-à-WhatsApp à leurs pages.

Cependant, il faut ajouter qu’il est difficile pour les médias de profiter de la popularité de l’application au-delà des publications publiées par les gens.Vous pouvez configurer des zones de marque ou des groupes de personnes seules, mais il y a peu d’outils pour vous aider

Est ce l’attrait de WhatsApp pour les utilisateurs, ils ne sont pas interrompus par les marques, ce qui en fait une forme de messagerie très rare.

– Le rapport souligne également les préoccupations répandues concernant les «fake news». Cela met en évidence les soupçons des utilisateurs selon lesquels le manque de règles et l’utilisation des algorithmes viraux des réseaux sociaux ont contribué à l’apparition de fausses histoires.

– il y a également une forte méfiance envers les médias traditionnels, en particulier dans les pays d’Asie où l’industrie est perçue comme trop proche du gouvernement. Il y a aussi beaucoup d’institutions qui contribuent à la démocratie en Occident subissent une crise de confiance. Les fournisseurs de nouvelles ne font pas exception. La confiance des citoyens britanniques dans les nouvelles « en général » a diminué de 7% depuis le référendum du Brexit, selon le rapport. La proportion de personnes payant des news en ligne au Royaume-Uni reste «parmi les plus bas de tous les pays…

– Pour une nouvelle génération, le lien entre les nouvelles générales et le paiement de cette nouvelle est en rupture
Internet a rendu les nouvelles générales quotidiennes un produit très commun. Avec les géants de la technologie comme Facebook et Google, les éditeurs de news doivent se spécialiser s’ils veulent faire matcher le public avec de l’argent.


Les usages du moment !

Les applications d’actualités dédiées semblent faire un « retour », mais on pense que les utilisateurs existants utilisent plus régulièrement les programmes plutôt que d’augmenter le nombre de nouvelles installations !

Apple News est l’un des services d’agrégateurs d’actualités les plus dynamiques, certains éditeurs signalant que jusqu’à un tiers de leur trafic mobile provient maintenant de l’application et de son widget connexe, qui trace des histoires sur les écrans de recherche des périphériques iOS

Il faut noter que certains médias ont compris l’importance du partage sur whatsapp, c’est le cas de Buzzfeed qui a mis un bouton «partager sur WhatsApp» de leurs histoires, le nombre de clics sur le bouton de partage WhatsApp dépassait rapidement le nombre de clics sur le bouton Partage via Twitter.Il semble que jusqu’à présent, cela ne soit vrai que sur iOS. Ce type d’usage de partage privé appelé par certain : « média éphémère, également incorporé par Snapchat, est en plein essor. Il montre également que les éditeurs feront bien de rendre le partage aussi simple que possible pour les visiteurs sur les smartphones.

Gagner de l’argent avec les nouvelles en ligne reste problématique.

L’étude a déclaré que 84% des répondants n’avaient pas payé de contenu au cours de la dernière année.

Cependant, il a été souligné qu’il y avait eu un effet « Trump bump » aux États-Unis, où plusieurs journaux avaient attiré des centaines de milliers de nouveaux abonnés numériques, dont beaucoup ont des opinions à gauche et ont moins de 35 ans. Un autre usage qui semble favorable à cette industrie est que l’utilisation des ADblock sur les PC de bureau,reste faible sur les smartphones, avec seulement 7% des répondants disant qu’ils avaient installé un logiciel de suppression d’annonces sur leur smartphone.

En outre, une approche adoptée par certains éditeurs, par laquelle ils bloquent l’accès à leur contenu si un ADblock st utilisé, semble avoir convaincu de nombreux utilisateurs d’au moins suspendre temporairement l’utilisation du plug-in.