Business

The family souhaite devenir un Y combinator Européen ?

Par le
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

thefamily

TheFamily a levée 6,6 millions $ (6 M €) au cours des derniers mois pour devenir un acteur incontournable dans la jungle des accélérateurs européens ! S’inspirer par exemple de Y Combinator, l’un des plus fameux accélérateur Américains qui finance des startups, créée en mars 2005 est surement une bonne chose en Europe. Y Combinator fournit un capital d’amorçage, des conseils et des mises en relation au cours de deux programmes annuels de 3 mois. En échange Y Combinator prend en moyenne 6 % des capitaux de la société

[Y Combinator a financé envirion 940 start-ups et organisations à but non lucratif. La valorisation moyenne de ces entreprises est supérieure à 69 milliards$]

Initialement,TheFamily a voulu prendre une petite participation (actionnaire minoritaire dans des dizaines de start-up et de leur fournir des conseils et des connexions et miser sur le long terme !)

TheFamily a une fusée à plusieurs étages, l’événementiel (Meetup) et Vidéo sur Youtube qui fait canal d’acquisition et vecteur d’éducation de l’écosystème, (Free) – Un autre étage avec une « formation » Koudetat (qui a été Payante, 2500€ > 2H tous les matins pendant 2 mois), qui permet de dispenser l’idée que entreprendre n’est pas inné et que 80% des erreurs peuvent être évitées – Oussama Ammar, l’affirme avec souvent la bonne analyse des sujets traités…

L’entreprise travaille avec les grandes entreprises pour créer ou financer des start-up avec une approche de pouvoir de déployer en interne, l’idée avec un business modele. La société réalise selon Techcrunch 400 000 €, principalement grâce à cette source de revenus.

Certaines des startups françaises les plus prometteuses parmi les 250 du portefeuilles ont travaillé avec TheFamily à lever plus de fonds et obtenir des introductions, comme Algolia, Save, Captain Train, 1001 pharmacies…. et cela dans toute la France !

Voici ce que TheFamily fait de mieux. Après avoir sélectionné des centaines de start-up, l’équipe travaille personnellement avec eux pour faire en sorte que les meilleurs obtiennent du financement et des connexions. Jean de La Rochebrochard, un partenaire clé de l’accélérateur qui a travaillé beaucoup sur la collecte de fonds pour thefamily, il est maintenant VC pour Kima Ventures.

Bien sûr, il y a d’autres startups prometteuses comme Menu Next Door et Trusk.

Si TheFamily veut transformer ses activités de l’accélération en une source de revenus, il doit devenir son propre fonds de capital-risque, ils construisent des infrastructures pour aider la création d’entreprise. Favoriser une communauté en offrant une valeur (ce qui dans l’étage de la fusée Koudetat est plutôt réussi) et puis d’investir dans les meilleurs d’entre eux est une voie prometteuse pour thefamily. Leur vision et d’élargir à d’autres pays, à commencer par l’Espagne avec une présence des partenaires plusieurs jours par semaine et d’un pied-à-terre à Londres pour parler avec l’écosystème technologique britannique.

Au Web Summit nous avions rencontré Balthazar de Lavergne, brillant partenaire, on lui avait posé une question, y a t’il trop d’incubateurs ? Les fonds publics distordent le marché : certains fonds d’investissements public qui financent les startups, permettent de penser que parce qu’ils mettent des tickets dans le projet c’est un gage de valeur – alors le fond privé peut les financer de la même façon et malheureusement ce n’est pas un gage de réussite d’avoir été financé par le public ! Cela peut faire perdre beaucoup (d’argent) et de temps…