Disruptif

Les technologies cognitives changeront-elles vraiment quelque chose ?

Par le

Selon une étude publiée cette semaine par le cabinet Deloitte, les premiers Early adopters de l’intelligence artificielle (IA) et des technologies cognitives font état de fortes opportunités de gains économiques et de création d’emplois.

Le sentiment général des entreprises interrogées par le cabinet est positif quant au rôle actuel et futur des technologies cognitives dans leurs organisations. Près des deux tiers (63%) des 250 cadres américains interrogés ont déjà des programmes de formation en cours pour que les employés apprennent à développer des technologies cognitives ou à travailler avec elle.

Contrairement à ce que beaucoup supposent, l’étude montre que les cadres intérrogés ne voient pas la perte d’emploi comme un résultat clé de leurs efforts liés à l’IA, avec 69 % des répondants qui s’attendant à une perte d’emploi minimale ou nulle au cours des trois prochaines années.

En fait, selon le rapport, plus d’un quart des organisations (29%) voient l’ajout de nouveaux emplois dans le même laps de temps que l’adoption de l’IA et des technologies cognitives. Interrogée sur les avantages perçus de l’AI et des technologies cognitives, la réduction des effectifs a été classée parmi les plus faibles (22%).

Une grande majorité des organisations interrogées (92%) pensent que les technologies cognitives seront un aspect important de leur processus interne et 87% ont indiqué qu’elles joueront un rôle important dans l’amélioration de leurs produits et services. Dans l’ensemble, environ les trois-quarts s’attendent à ce que les technologies AI et cognitives transforment considérablement leurs organisations.

L’enquête a révélé que plus d’un tiers des organisations ont investi 5 millions de dollars ou plus dans l’AI et les technologies cognitives. Les investissements ont été principalement orientés vers l’informatique, le développement de produits / R&D, et le service client. Environ les trois-quarts des Early adopters explorent des technologies cognitives matures telles que l’automatisation de processus robotique (RPA) et 70% d’apprentissage automatique statistique. Environs la moitié utilisent des réseaux de neurones à apprentissage profond.

« Jusqu’à présent, ces nouvelles technologies semblent porter leurs fruits. Une grande majorité des répondants rapportent des avantages économiques modérés à substantiels de l’AI et des technologies cognitives. Les organisations qui veulent acquérir un avantage concurrentiel avec les technologies cognitives devraient «réinventer» quand, pourquoi et comment les humains et les machines peuvent travailler ensemble pour obtenir de meilleurs résultats », a déclaré Ryan Renner, directeur chez Deloitte Consulting.