Opérateur

Les opérateurs mobiles dans la tourmente !

Par le

Les opérateurs mobiles n’ont d’autre choix que d’investir dans le contenu afin de conserver la valeur de leurs contrats clients. Selon une étude d’Ampere sur les opérateurs fixes et mobiles dans plus de 80 pays, les lignes de produits mobiles ont perdu beaucoup plus de valeur par client que leurs homologues dans le fixe.

La dépense annuelle moyenne des contrats mobiles a baissé de plus de 130 $ au cours de la dernière décennie, passant d’une dépense moyenne par client (après impôts) de 23 $ par mois en 2006 à 12 $ par mois en 2016. En revanche, Les abonnements haut débit ont diminué de 25 $ par mois à 21 $ par mois au cours de la même période – soit 48 $ par année, soit près de trois fois moins que la baisse observée dans l’espace mobile.

[ La valeur des abonnements mobiles, n’est pas plus importante depuis la 4G et ne le sera pas avec la 5G ! bon nombres de règles mise en place ont explosé avec les nouveaux entrants, certes avec des bienfaits pour les consommateurs mais avec une destructions de la valeur avec des facteurs tels que l’augmentation des services de messagerie OTT, le passage à des plans de financement par carte SIM et de téléphone, la saturation du marché et la concurrence par les prix… Le marché du mobile continue de croître rapidement, représentant 70% de tous les revenus de communication en 2016, mais les recettes par contrat sont en baisse. Au cours des dix dernières années, la valeur d’un contrat mobile moyen (ARPU) est passée de 23 $ par mois à 12 $.]

Une partie de la baisse de la valeur moyenne des contrats mobiles a été motivée par la forte croissance des abonnements prépayés à faible coût dans les marchés émergents. Cependant, même en regardant la tendance sur des marchés comparables, les dépenses mobiles moyennes ont chuté à un rythme beaucoup plus rapide que leurs homologues avec des produits fixes. En Europe occidentale, par exemple, le contrat mobile moyen était de 32 dollars par mois en 2006 et de 19 dollars par mois en 2016, malgré une augmentation des abonnements postpayés, passant de 58% à 63% sur la même période. Un abonnement fixe haut-débit, par comparaison, valait 25 $ par mois en 2006 et 22 $ en 2016 – malgré une forte concurrence dans la région.

Cette tendance se manifeste dans toutes les régions du monde et c’est le résultat d’une foule de facteurs, notamment la hausse des prix de la fibre, la lourde concurrence opérateur lowcost, MNO et MVNO, OTT Messagerie…

Les opérateurs mobiles devraient chercher à reproduire les stratégies fixes de regroupement de contenu avec leurs services (ce que fait SFR par exemple depuis peu), afin de consolider et de protéger ce secteur d’activité. Les opérateurs fixes ont obtenu un succès considérable avec leurs produits télévisés, souvent en les utilisant pour soutenir et protéger les activités mobiles. Malgré les baisses globales des revenus dans le secteur de la téléphonie fixe, au cours de la dernière décennie, les telcos, en moyenne, ont été aussi bonnes à conserver la valeur de leurs clients pour les produits de téléphonie fixe et le haut débit fixe.

Stratégie contenu

– En mettant l’accent sur les marchés occidentaux de plus grande valeur, Deutsche Telekom a émergé comme un gagnant parmi les principaux groupes internationaux de communications. Sa valeur mensuelle moyenne par produit de communication fixe et mobile a baissé de seulement 15% au cours des dix dernières années.

– Vodafone, Orange et Telefonica, qui ont mis davantage l’accent sur les marchés émergents et ont connu une forte concurrence intérieure, ont vu leur revenu moyen diminuer de plus de la moitié. Par exemple pour Orange, l’arpu mobile est en baisse à 22,2€ mais sur l’internet fixe, c’est un arpu de 33,2€. Même aux États-Unis, le marché mobile classique a un haut-ARPU, on s’attend à ce que les dépenses fixes haut-debit par contrat dépassent les dépenses mobiles par contrat dans les trois prochaines années, alors qu’une concurrence vigoureuse basée sur les prix commence à faire des ravages.

– BT au Royaume-Uni et Deutsche Telekom en Allemagne et bien d’autres font tout pour renforcer une base d’abonnés à haut débit menacée, le contenu mobile devrait être le prochain champ de bataille opérateur. Par exemple T-Mobile aux États-Unis a adopté une approche agressive pour offrir un accès facile au contenu mobile grâce à plusieurs campagnes marketing et offres au fil des mois (Un-carrier 12, Binge On, Music Freedom et Data Stash), tandis que Telefonica a fixé des objectifs ambitieux pour la production de contenu en espagnol pour soutenir ses activités en Europe et en Amérique du Sud.

Cette tendance de production de contenu se poursuivra, 2017 et 2018 seront les premières années pour l’investissement dans le contenu mobile (surtout vidéo), dingue quand même quand on connaît l’histoire des télcos 🙂 ils ont fait quoi depuis quelques années, la guerre des prix pas des services, même s’ils vous diront le contraire à renfort d’arguments, l’un des indicateurs, c’est leur pub TV ! À fond sur la fibre et leur box ADSL/VDSL ou les pubs d’Apple 🙂