Plateforme

Le top des fusions & acquisitions d’Apple

Par le

Alors qu’Apple s’approche de sa 100ème transaction depuis l’acquisition de NeXT Computer en 1996, nous visualisons les principales acquisitions du géant de Cupertino. FaceID, la nouvelle technologie qui permet aux utilisateurs de déverrouiller un téléphone simplement en le regardant, est sans doute la nouvelle fonctionnalité la plus importante qu’Apple a dévoilée avec son nouveau modèle iPhone X.

L’innovation vient directement des initiatives de fusions & acquisitions d’Apple dans le domaine des puces et de la vision par ordinateur, notamment des acquisitions de sociétés telles que PrimeSense, RealFace et Faceshift. Historiquement, Apple a utilisé les fusac comme un outil pour enrichir son produit dominant, avec une attention au fil du temps passant de son ordinateur à son smartphone. Au fil des ans, l’entreprise a dépensé des sommes considérables pour acheter la technologie des startups et l’intégrer à l’écosystème Apple.

Les plus gros achats d’Apple sont encore beaucoup plus petits que ceux d’Amazon et de Google. Apple a dépensé plus de 6 milliards de dollars pour ses 12 principales transactions, illustrées dans l’infographie ci-dessus, et son acquisition de 3 milliards de dollars de Beats Electronics en 2014 était de loin sa plus grosse transaction.

Semblable à son acquisition de NeXT Computer en 1996, le pari d’Apple sur Beats a été au moins partiellement rapporté comme une acquisition, visant à fournir au géant de la technologie les bonnes personnes pour développer son activité musicale. Les autres principales acquisitions d’Apple ont totalisé 500 millions de dollars ou moins.

Récemment, l’AI a été un élément clé. Au cours des deux dernières années, les seules transactions qui se sont classées parmi les 10 premières ont été Turi et Lattice Data, qui opèrent toutes deux dans l’AI. Dans l’ensemble, ces transactions reflètent l’évolution de la stratégie d’Apple, depuis la plate-forme Mac (NeXT Computer) à la fin des années 1990 jusqu’aux mobiles (PA Semi, Anobit Technologies) et AI (Turi, Lattice Data) plus récemment.

[Lattice Data, c’est 20 personnes qui travaillent sur l’extraction de la valeur des données sombres ! Notre monde numérique connecté produit des données à un rythme accéléré: il y avait 4,4 zettaoctets de données en 2013, et on prévoit qu’il atteindra 44 zettaoctets d’ici 2020, et IBM estime que 90% des données existantes ont été produites au cours de la dernière décennie. Mais entre 70 et 80% de ces données ne sont pas structurées – c’est-à-dire «sombres» – et sont donc largement inutilisables en termes de traitement et d’analyse. Lattice utilise le machine learning pour essentiellement mettre ces données dans l’ordre et pour les rendre plus utilisables.]

Voir les Top 10 des acquisitions