Business

Enjeux de la voiture autonome, mesurer nos émotions ?

Par le
GIF

Autour de la voiture autonome, il y a de nombreux enjeux, l’un deux dans un premier temps, c’est d’avoir une connaissance précise de ce qui se passe à bord, en particulier du conducteur pour la surveillance de la fatigue, de la somnolence, du stress, de l’inattention, de la distraction et aussi de l’altération des émotions chez les conducteurs. Il faudra le développement d’algorithmes de détection et des prédiction robustes pour mettre en œuvre des actions pour les modes de conduite non automatisés aux modes de conduite automatisés.

D’après une nouvelle étude Ford, pour mieux comprendre les émotions ressenties lors de différentes activités du quotidien conduire une voiture sportive tous les jours aurait un impact nettement plus positif sur votre bien-être et vos besoins en émotions.

Pour mener à bien son expérimentation, Ford a fait appel à des volontaires qui ont tour à tour regardé un match de football de leur équipe favorite, visionné un épisode clé de la série Game of Thrones, embrassé fougueusement leur moitié, participé à un cours intensif de salsa ou profité d’un tour de montagnes russes. L’objectif était de mesurer les émotions perçues au cours de toutes ces activités et de les comparer avec celles ressenties lors d’un tour de circuit avec un véhicule sportif de la marque Ford.

Résultat : excepté lors d’un looping de grand huit, c’est en conduisant une voiture sportive que les participants ont ressenti les pics d’émotions les plus forts. Pour agrémenter les résultats de cette étude, Ford a mis au point, avec l’aide de neuroscientifiques et de designers, un véhicule unique capable de mesurer ces pics d’émotion (« buzz moment » en anglais), nommé « Buzz Car » : une Ford Focus RS unique combinant intelligence artificielle et capteurs sensoriels, ainsi que près de 200.000 LED réparties tout autour de la voiture pour illustrer, en temps réel, les émotions du conducteur.

Les participants de l’étude ont pu conduire une Ford Focus RS, une Focus ST ou une Mustang, pour une moyenne de 2,1 « pics d’émotion » mesurés par trajet. En comparaison, 3 pics d’émotion ont été enregistrés lors des tours en montagnes russes, 1,7 lors de sessions shopping, 1,5 lors du visionnage d’un épisode de Game of Thrones ou d’un match de football et…0 lors d’un diner romantique, d’un baiser fougueux ou d’un cours de salsa.

Pour mettre au point la Buzz Car, il a fallu aux équipes Ford 1.400 heures de travail, du concept au design en passant par l’installation et la programmation de toute la partie informatique de la voiture.

Les scientifiques du Centre de Recherche et d’Innovation Ford d’Aix-la-Chapelle (en Allemagne) étudient depuis plusieurs années comment les véhicules peuvent mieux répondre aux attentes et aux émotions des conducteurs. Dans le cadre du projet ADAS & ME financé par l’union européenne, les experts de Ford étudient notamment comment les systèmes embarqués pourraient un jour ressentir nos émotions – ainsi que les niveaux de stress, de distraction et de fatigue – et même prendre le contrôle de la voiture dans certaines situations d’urgence.