Business

Brèves nouvelles S44

Par le

BANQUE

Orange Bank, a été lancé cette semaine 100% des opérations et des interactions entre le client et sa banque sont réalisables depuis un mobile.

Orange Bank propose l’ensemble des attributs d’une banque classique : un compte bancaire, une carte bancaire, un découvert autorisé, une assurance complémentaire gratuite au choix, un livret d’épargne rémunéré à 1%, marche avec Apple Pay . L’offre s’enrichira progressivement de services comme le prêt personnel ou le prêt immobilier. Chaque nouvelle fonctionnalité sera éprouvée, mesurée et améliorée en se fondant sur l’expérience des clients. Le conseiller virtuel sera, à terme, capable d’effectuer des tâches à la demande des clients, comme faire des virements ou épargner.

[Ce lancement, c’est l’aboutissement d’une première période de tests à laquelle la marque & associé plus de 4 000 testeurs dont les remontées leur ont permis d’améliorer l’offre en continu. Dans l’histoire d’une application mobile nous n’avons pas souvenir d’autant de beta-testeur ! ]

Le lancement de l’offre Orange Bank illustre l’ambition de diversification des services d’Orange, notamment dans les services financiers sur mobile qui offrent des perspectives de croissance importantes. Orange dispose d’une parfaite connaissance des usages des clients et de leurs attentes en termes d’immédiateté, de simplicité et de fluidité. Le Groupe possède également une expertise reconnue dans les services financiers avec Orange Money (34 millions de clients sur la zone Afrique et Moyen-Orient) et Orange Cash (500 000 utilisateurs en France). Cette expertise a été renforcée par la prise d’une participation majoritaire dans Groupama Banque en 2016, devenue Orange Bank en 2017.

L’objectif est d’atteindre 400 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 dans le domaine des services financiers sur mobile, sur l’ensemble des marchés. L’ambition d’Orange Bank est d’atteindre plus de 2 millions de clients en France d’ici 10 ans.

DATA

Criteo a publié les conclusions de son étude réalisée en partenariat avec Forbes Insights : “The Commerce Data Opportunity: How Collaboration Levels the Retail Playing Field.” Cette étude, qui repose sur un questionnaire réalisé auprès de plus de 500 directeurs marketing du monde entier dans différents secteurs du retail, avait pour but d’évaluer le rôle des données pour la compétitivité des enseignes sur un marché en constante mutation. Il en ressort que les marques et les commerçants ont bien compris le potentiel des données, et voient la collaboration et le partage d’informations comme un bon moyen pour répondre aux attentes et aux besoins des clients, et ainsi générer de la valeur et gagner en compétitivité.

Principales conclusions de l’étude :

> Les bouleversements en cours dans l’industrie du retail redéfinissent le commerce : les marques redoutent que la prépondérance des géants de la vente physique et en ligne restreigne l’accès à leurs produits. Les plus petits détaillants craignent quant à eux que cette tendance détourne les consommateurs de leurs
> Les marques et les commerçants sont conscients du potentiel des données mais manquent de e confiance : près de 4 marques et retailers sur 5 intègrent les données clients au cœur de leur stratégie commerciale. Mais si les enseignes ont accès à davantage de données que les marques, surtout en ligne, elles sont moins confiantes que ces dernières quant à leur capacité à transformer ces données en insights exploitables. A noter que le fait de disposer de davantage de données n’est pas forcément synonyme d’une capacité décisionnelle
> Le partage de données est un catalyseur puissant : les marques et les enseignes portent aux nues la collaboration et le partage d’ensembles de données car ils leur permettent de répondre aux besoins des clients et de générer de la valeur. 71 % des détaillants se disent prêts à mettre à disposition d’autres professionnels leurs données sur les requêtes faites en ligne. Les trois- cinquièmes du panel affirment faire déjà partie d’une coopérative de données et s’estiment, pour quasiment 7 sur 10 d’entre eux, satisfaits de ces collaborations et des données qu’ils reçoivent. En outre, 72 % des marketeurs citent l’augmentation de leurs revenus parmi les principaux avantages de la mise en commun des données.
> La génération de valeur est moteur : les marques et les retailers visionnaires savent que les données sont essentielles pour offrir une valeur accrue ; 68 % d’entre eux estiment que leurs clients sont satisfaits de l’usage qui est fait de leurs données pour leur proposer un marketing davantage ciblé. Neuf entreprises sur dix affirment que la génération de valeur réelle a été un catalyseur majeur ces deux dernières années.
> La qualité et la confidentialité sont des préoccupations majeures : 66 % des marketeurs indiquent que le principal défi en matière de données clients est de « garantir la qualité », et 65 % citent « la confidentialité des données » comme un de leurs enjeux de taille dans un contexte de mise en commun de ces informations.

USAGES

Etude avec 72,529 PC/laptop/tablet et 16,500 mobile sur 40 pays

Le temps passé quotidiennement en ligne sur smartphones a dépassé la barre des 3 heures par jour en 2017 et les 16-24 ans passent presque autant de temps en ligne un PC / ordinateur portable.
• Plus de 60% déclarent que leur smartphone est leur dispositif Internet le plus important. Toutes les régions attachent désormais plus d’importance à leur mobile que leurs ordinateurs portables, bien que la différence soit beaucoup plus étroite en Europe et en Amérique du Nord.
• Chaque année, il y a de moins en moins de gens qui accèdent à Internet via un ordinateur – ce sont seulement les trois quarts qui le font. Cela dit, les PC / ordinateurs portables capturent toujours 55% du temps en ligne, les PC / ordinateurs portables restent particulièrement important pour la navigation des comportements comme l’utilisation de moteurs de recherche et de visiter des sites de vente au détail.
• Il n’y a plus de comportements en ligne où les utilisateurs de tablette sont plus susceptibles de se tourner vers leurs tablettes que leurs mobiles. Cela dit, les utilisateurs de tablettes sont presque aussi susceptibles de regarder la télévision sur leur tablette (40%) que sur leur mobile (47%). Ces appareils semblent plus adaptés à des fins comme regarder la télévision et naviguer sur le web, quand un écran mobile ne suffira pas.
• Les smartphones et PC / ordinateurs portables sont les meilleurs appareils pour les jeux, avec des marchés à forte croissance ayant une avance pour les deux. Plus de 70% dans l’APAC, les jeux sont mobiles, contre moins de la moitié en Europe, par exemple. Le jeu sur consoles est beaucoup moins populaire (22%), bien qu’il voit un engagement plus fort sur des marchés comme les États-Unis et le Royaume-Uni (tous deux sur 43%) et dans le quartile supérieur des revenus.